A propos de « s’ approprier »

Le 2 novembre 2005

A propos de « s’ approprier » : le dictionnaire étymologique dit :

« Approprier vient de propre, proprius : qu’on ne partage pas avec d’autres."

Bien que la définition aille vers la propriété (le garder pour moi seule) je trouve qu’il y a un autre sens ; effectivement je ne peux partager zazen avec d’autres puisqu’il s’agit de pratiquer personnellement, donc le terme de s’approprier peut convenir.

Cependant, chemin faisant, zazen faisant, je constate que je ne peux pas garder zazen. Il m’appartient, et n’est pas ma propriété. Etant assise sur ma chaise, suis-je assise exactement, au cm près, au même endroit que zazen d’avant , ou celui d’après ? Les vêtements ont-ils les mêmes plis ? Le zazen d’hier est-il celui d’aujourd’hui ? les pensées passent comme des nuages et zazen aussi, et MON corps aussi.

Il est là, et ne m’appartient pas, pas plus que je lui appartiens, et cependant, je ne peux le partager avec d’autres.

Il en est de même pour zazen. Il EST là. Je me l’approprie et il ne m’appartient pas. Zazen fini, zazen parti.

Marie.Claire.

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 256 (582058)