En vrac

Le 8 octobre 2006

Lorsque je suis au jardin, en silence, je pense à la Demeure et à ceux qui pratiquent chez eux - et puis je "retourne" à mon jardinage. Le frêne est proli­fique en graines, et donc généreux en petits arbres qui enchevêtrent aux framboisiers avec bonheur. Je leur demande pardon et je les enlève. Rien ne res­semble plus à une jeune pousse de framboisier qu'un frêne de 10 à 15 cm. Cependant la tige de framboisier est plus jaune, et surtout elle est couver­te de toutes petites épines, cachées dans les her­bes. Il faut donc travailler sans gants. Evidemment le toucher n'est pas confortable, il est quelquefois un peu douloureux. En revenant du jardin, je me demandais, ce matin :"Peut-on traverser toute la vie avec des gants?"

Marie-Claire

Maître Douche

Ouvrir le robinet

demande un esprit aventureux :

l'eau y est généreuse

bouillante ou glaciale.Trouver l'équilibre

c'est relever le gant ;

mais point de complaisance,

ou le farfadet tend le pied...

car même l'impermanence

est impermanente...

Brigitte


L'autre jour, après une assise, j'avais l'impression que zazen était véritable et qu'il représentait un tout : en fait étant assis, j'avais l'impression de regarder l'expérience des instants défilants étant spectateur d'un concentré de ma vie, juste là à être présent. Je n'avais pas l'impression après de vivre d'autres expériences intéressantes autrement. Cependant, et c'est un constat parfois pénible, la vie me rattrape avec la force des désirs, l'emprise de la colère et tutti quanti : bon, ce n'est pas grave mais par moments la marée est très forte et puis...le doute s'installe sur la pratique, zazen etc..

Jean François ( ...trop penser... ? Sensei)


Zazen toujours à la même place,

seule change la place de l'ombre

selon l'heure du jour...

Ombre parmi les ombres

je passe...

fragile invention du divin.

Mireille


Dans la fournaise aveyronnaise la fraîcheur des nuits de St Agrève ...un rêve

Suzon


Comme un nuage flottant dans le ciel,

comme la rivière se jouant de la terre,

libéré, sans entraves

plus rien à faire, enfin éteint

après un si long voyage -

La maison au bout du chemin,

nid de guêpes dans la poubelle ,

les framboises mûrissent au soleil.

(sans signature)

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
8 octobre 2006
Statistiques de l'article :
847 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 242 (540872)