Cahier de cuisine

Le 22 juin 2007

Le chou et moi avons passé une longue matinée dans la cuisine, pour préparer le déjeuner. Jokei m’avait dit que parce qu’il n’est pas facile à digérer, le chou cru doit être coupé tout fin. Je ne discute jamais avec Jokei. En aucun cas.

Alors, j’ai essayé deux fois de le couper bien fin : ce n’est pas assez, m’a t-ton dit les deux fois. Jokei me montra comment le couper, comme de jolies petites ficelles, c’était très beau, et sûrement très digeste, mais ça prenait énormément de temps, et une patience énorme. Et je ne savais pas où trouver cette patience pour couper un demi-chou : déjà mes doigts me faisaient mal, mon ego se plaignait, pourquoi est-qu’on ne peut pas atteindre directement la cible, pourquoi le chemin doit-il être si long...

Ce fut une salade de chou délicieuse, avec du goût ! Merci Jokei.


Orit

Dans l’un de mes moments de stress dans la cuisine, - un parmi beaucoup- j’étais seule en train d’essayer de reprendre mon souffle tout en terminant les préparatifs : je sentais se refermer sur moi l’heure du repas ! La pile de vaisselle s’élevait, j’essayais de préparer deux plats en même temps, tout en mettant la table. Et bien sûr, juste à ce moment-là Jokei entre pour voir si tout allait bien. Elle se rendit compte de mon stress, sans doute, et me demanda ce que j’étais en train de faire.

Je ne savais pas quoi répondre, en fait, parce que j’étais en train d’essayer de faire tant de choses en même temps, et rien ne se faisait.

Alors elle me dit deux choses : Un : le repas n’est pas si important, ni le goût, ni la présentation, ce qui importe avant tout c’est la façon dont on fait la cuisine, en gardant coeur et esprit tranquilles. Et cela aide de commencer un plat quand l’autre est terminé- ou en train de cuire- et de nettoyer la vaisselle au fur et à mesure, car l’esprit aussi se nettoie ainsi.

Deux : dans les moments de stress, juste s’arrêter, rester tranquille et regarder pour retrouver en soi le calme et la tranquillité.

Sensei dit que lorsqu’ il y a beaucoup de personnes à La Demeure sans Limites, c’est comme une tempête de neige, une belle tempête, et là vous avez vraiment besoin de chercher en vous-même le calme , à l’intérieur, même quand c’est le plus difficile.

Orit

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
24 juin 2007
Statistiques de l'article :
1019 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 228 (517867)