La joie de la rencontre

Le 30 juin 2007

Les 8, 9 et 10 juin dernier, l’école Sôtô d’Europe,dont un bureau est installé à Paris depuis quelques mois, a organisé des cérémonies de commémoration et un symposium pour le 40e anniversaire de l’implantation du zen Sôtô en Europe. Cet événement s’est déroulé près de Blois à la Gendronnière. Joshin Sensei y était invitée en tant qu’abbesse de la Demeure Sans Limites (Hôkaiji), représentante de l’école Sôtô en Occident. Malheureusement, étant déjà demandée pour d’autres activités du Dharma, Sensei a décidé de m’y envoyer pour la représenter. D’autant plus que Aoyama Roshi, supérieure du Aichi Senmon Nissôdô à Nagoya (Japon), où j’ai déjà passé plusieurs retraites, s’était déplacée spécialement pour cette occasion et allait y donner un enseignement. Il y avait aussi Okumura Roshi , maître japonais installé aux Etats-Unis depuis de longues années maintenant.

Tout cela me réjouit et je remerciais Sensei de me donner cette opportunité de revoir Aoyama Roshi, que je n’avais pas vue depuis mon dernier séjour au Japon en 2002, lorsque j’avais eu la joie de célébrer avec elle « Hossenshiki », le Combat du Dharma. L’idée d’écouter et de passer quelques heures en présence ces deux grands maîtres me donnait beaucoup de joie.

Il y avait aussi d’autres représentants de notre école dont le Sôkan -le représentant de l’Ecole Soto,- pour l’Europe, le directeur de l’école Sôtô au Japon, des enseignants venus du Japon, d’Amérique du Nord et d’Europe. Nous étions environ 500 participants.

En arrivant à la Gendronnière, endroit que je ne connaissais aucunement, le taxi m’a déposé devant « le château », bon d’accord, ici nous sommes sur la Loire, cela me change un peu du plateau ardéchois...J’ai beaucoup apprécié le lieu, surtout le parc avec ses arbres immenses. Je ne me souviens pas avoir jamais vu d’arbres si majestueux. Donc, je me présente à l’accueil et c’était amusant car je me retrouvais un peu comme lorsque l’on arrive dans un pays comme le Brésil par exemple, où tout est surdimensionné.

Très gentiment, on m’amena à la chambre que je devais partager avec une autre nonne française résident au Japon depuis plusieurs années, qui a passé quelques mois au Nissôdô. Cela nous donna l’occasion d’échanger nos propres expériences. Je remarquai que l’on se retrouvait un peu comme des anciennes compagnes d’école et c’est vrai que j’ai beaucoup apprécié ces moments. Je posais vite mes affaires et allais directement dans le zendo où avait lieu les premières interventions. Arrivée tard dans la matinée, je me retrouvais assise à l’entrée.

Et là, oh bonne surprise, Aoyama Roshi à deux pas, avec la nonne qui l’assistait. Au moment de sortir, je profitais de l’occasion pour aller lui présenter mes respects. Je crois que nous étions très contentes de nous revoir après tout ce temps, je l’étais d’autant plus qu’elle était là, en France, chose que je n’aurais pas pu imaginer, même si je lui avais déjà demandé plusieurs fois de venir nous rendre visite... Nous sommes donc sorties ensemble et je dois bien dire que j’en ai été très fière. Plus tard, je la rencontrais tranquillement dans sa chambre où nous avons pu prendre des nouvelles des unes et des autres.

L’après-midi, Okumura Roshi donnait un enseignement, j’ai beaucoup apprécié sa simplicité, sa fidélité envers son Maître Uchiyama Roshi et son honnêteté. Le sujet était « Unicité et Universalité du zazen de Dôgen Zenji ».

Entre les discours du Dharma il y avait des poses et j’en profitais pour discuter, rencontrer des Maîtres et d’autres pratiquants. Je faut dire que j’ai été assez surprise par certaines pratiques. Par exemple, une grande tente avait été installée afin de faciliter les rencontres mais lorsque je m’y suis dirigée, il y avait un tel brouillard de fumée de cigarettes que je n’ai pu résister et je suis donc repartie un peu plus loin. Les repas aussi, m’ont surpris. D’abord parce qu’il y avait des bouteilles de vin sur les tables et je dois dire que cela m’a choqué que l’on ne puisse pas rester sans vin durant trois jours, même si « La France est le pays du vin » !!! En présence des monastiques, cela m’a paru déplacé. Quand à manger en silence, on n’en parle même pas, la table étant le lieu de la convivialité, j’en suis ressortie avec la tête remplie de brouhaha !!! J’ai pu voir à cette occasion le fossé qui sépare un grand centre tel que la Gendronnière et la pratique au quotidien, simple et austère d’un petit lieu comme la Demeure Sans Limites.

Le lendemain matin vers 9h30mn a eu lieu la cérémonie de la gratitude, puis le symposium a repris, d’abord avec Aoyama Roshi. Pour la première fois je pouvais comprendre ses paroles, alors que je l’avais entendue des dizaines de fois donner des enseignements au Nissôdo et que chaque fois je ressentais la frustration de ne pouvoir la comprendre. A la Gendronnière, j’ai eu la joie d’écouter un enseignement - dont le titre était « La vérité est unique » - d’une telle profondeur, simplicité et intensité que j’en suis repartie pleine d’énergie du Dharma.

Après son intervention, un maître italien a pris la parole. A la fin de ces deux prises de paroles, j’ai dû repartir pour la Demeure sans Limites. Je suis très heureuse d’avoir été envoyée par Sensei à cette manifestation car, en rencontrant et échangeant avec d’autres pratiquants de la Voie, cela a permis à la Demeure Sans Limites de sortir de « ses frontières ». Il me semble important que de temps à autre les membres de l’école Sôtô Zen en Europe se réunissent afin de mieux se connaître et s’apprécier. Je regrette que cela ne puisse se faire plus souvent, malgré les souhaits et les tentatives de Sensei. Cette fois-ci était peut-être un premier pas...

Dans le Dharma. Gasshô.

Jôkei-Ni

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

Notre état naturel, c’est le bonheur.
En vrac
La joie de la rencontre

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
30 juin 2007
Statistiques de l'article :
5888 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 228 (517975)