Prêt pour la mort ( 3)

Le 4 mai 2008

Les enseignements disent aussi que nous pouvons faire usage de la dévotion comme chemin. Quand nous nous relions à notre coeur empli de dévotion, nous sommes alors reliés, immédiatement et directement, au coeur éveillé du maître et du lignage, ainsi qu’à notre propre état d’éveil. Travailler avec notre dévotion, c’est ne pas s’appuyer seulement sur nos propres efforts. Nous nous ouvrons à cette source de bénédictions que sont la concrétisation et la réflexion de notre nature d’éveil fondamentale.

Lorsque nous nous adressons sincèrement aux Maîtres et au lignage, nous ressentons la présence du sacré ; alors, la clarté, la gentillesse, la paix, la joie et l’équanimité sont naturellement avec nous. Nous avons confiance , nous nous détendons et nous sommes sans peur.

(...) Il existe de nombreuses prières de supplication qui sont belles et inspirantes que nous pouvons réciter [1]. ; (...) il est important que cette pratique se fasse durant le bardo de cette vie régulièrement, ainsi qu’au moment de la mort. Nous les récitons maintenant pour transformer la peur et la souffrance que nous expérimentons dans cette vie, ainsi que pour maintenir l’attention sur notre mort à venir, et son potentiel de souffrance. Nous nous disons : « dans le bardo de la mort et de l’après-mort, je prierai juste comme je le fais maintenant. ». De cette façon, nous développons un lien avec cette pratique, et quand nous entrerons dans ces bardos, cette prière viendra facilement et naturellement.

Une dernière occasion d’éveil.

Toutes nos émotions perturbatrices cessent avec la dissolution du corps subtil et de la conscience ; elles ne se manifestent plus en nous comme elles le faisaient d’habitude. Étant enfin délivrés de nos kleshas, [2] nous devrions être heureux. Nous devrions faire des efforts pour nous relier à l’espace pur et atteindre la réalisation profonde. Si nous avons échoué jusque là à reconnaître la nature de notre esprit, nous avons une dernière occasion de le faire au moment de la mort et d’atteindre à ce moment-là la réalisation.

C’est pourquoi chaque fois que vous pratiquez la méditation, il est important de vous asseoir avec confiance, et de faire naître l’intention d’atteindre l’éveil pendant cette méditation.

Si vous vous habituez dès maintenant à engendrer cette confiance, alors, au moment de la mort, vous pourrez manifester ce même niveau de confiance et de foi dans votre pratique. Vous avez là une dernière chance – dans cette vie tout au moins ; ce n’est pas la toute dernière chance, on n’est pas condamné pour toujours. Néanmoins, ce temps de la mort est notre dernière occasion pour atteindre l’éveil maintenant.

Ainsi, l’attitude que vous avez envers votre pratique fait-elle une grande différence. Si vous pratiquez à moitié, pensant « Ce sont des instructions, je vais les essayer. Qui sait, peut-être que ça marche, et peut-être aussi que ça ne marche pas », c’est mieux que ne pas pratiquer du tout. Au moins il y a un faible sens de confiance et d’espoir. Toutefois, ce n’est pas très fort, et ne sera pas très efficace.

L’esprit au-delà de la mort

Être dans le présent, dans cet état de « maintenant », c’est là que notre discussion de ces enseignements avait commencé, c’est là aussi où elle se termine – pas ailleurs, juste ici et maintenant. Quand ce cycle de bardo finit, nous reprenons naissance, dans le samsara ou le nirvana, sous quelque forme. Du point de vue bouddhiste, la mort n’est pas une fin, parce qu’elle est aussi un début. La fin des apparences de cette vie est aussi le début des apparences de la prochaine. Ce peut être la fin du samsara et le début du nirvana. Ce peut être la fin de la précieuse naissance humaine et le début d’une douloureuse expérience samsarique. Cela dépend de nous, de la façon dont nous travaillons dans ce voyage à travers les bardos. C’est pourquoi il est important de prendre le temps d’étudier et de comprendre les Enseignements [3](...) Nous devrions arrêter ce que nous sommes en train de faire pour nous souvenir de l’impermanence et nous préparer à la mort. Ce peut être demain. Ce peut être aujourd’hui. Nous ne connaissons pas le moment, aussi nous devons être prêt.

Ces pratiques sont essentielles, même cruciales, pour nous tous, jusqu’à ce que nous transcendions le voyage lui-même.

A un certain moment, nous découvrons que finalement l’esprit transcende la mort. [4] Qui nous sommes et où nous sommes est l’esprit. Au-delà de la mort, il y a l’esprit, et là où il y a l’esprit, il y a un déploiement ininterrompu qui est spacieux, lumineux et qui se manifeste continuellement. L’esprit dure car il est sans naissance et sans fin ; il dure car il transcende nos concepts de temps et d’espace ; il n’est pas fixé dans un événement dans le temps, ni dans un endroit. C’est l’esprit qui voyage comme un invité dans ce corps physique jusqu’à ce que nous prenions pleinement possession de la sagesse et de la compassion infinies qui nous sont inhérentes, et que nous réalisions la liberté et la pureté de notre nature réelle.

Dzogchen Ponlop Rimpoche. Traduit par Joshin Sensei

Notes :

[1] Dans notre école, nous pouvons réciter les Refuge, les quatre Voeux, et aussi par exemple le gatha de Kanzéon ou tous les noms des Bouddhas et des patriarches.

[2] Klesha : toute émotion, agitation, « souillure » qui obscurcit notre nature d’éveil et nous place dans l’ignorance (de cette nature d’éveil).

[3] Le Rimpoche parle ici des Enseignements sur les bardos ; mais, dans notre école, nous remplaçons cela par les Enseignements du Bouddha et de nos Maîtres..

[4] Attention : il ne s’agit pas ici de l’équivalent d’une âme, ou de « quelque chose » que nous garderions de naissance en naissance. L’esprit,ici, c’est, selon les paroles du Bouddha « Le non-né, le non-crée (...) sans lequel il n’y aurait aucune sortie du né, du crée... »

 

Commentaires de l'article

 
berg
Le 21 mai 2008

réponse Liliane :

la mort est le grand Autre ... qui n’existe pas

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

En Vrac
Illusions
Prêt pour la mort ( 3)

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
3 mai 2008
Statistiques de l'article :
1081 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 242 (518869)