AVEC LES SUTRAS

Le 2 juin 2008

"Et il vit clairement que les cinq agrégats sont vides d’essence et il fut libéré de toute souffrance…"

Maintenant que je ne vis plus en France et très loin de la Demeure Sans Limites, chanter les Sutras m’est devenu encore plus important.

Ca l’était déjà. Il y a des vérités que je me sens ridicule à avouer : je voudrais mourir en entendant et en chantant des Sutras, je voudrais que ceux-ci tiennent ma peur à distance. Le Sutra, c’est un refuge que je construis.

"Et son esprit est sans obstacle, sans obstacle la peur n’existe pas"

Non pas être protégé, mais avoir moins peur.

Il y a sans doute beaucoup d’autres raisons autrement plus spirituelles de chanter les Sutras, mais pour moi l’idée de construire un refuge est bien au centre.

Depuis que je suis installé ici, dans cette île de l’Océan Indien (alors que j’écris ces mots, une grosse et brutale pluie tropicale commence de tomber, avec des gouttes larges et chaudes), depuis que je suis installé, un autre motif me pousse à chanter les Sutras : rester en lien avec le Temple.

Pendant zazen, comme d’habitude mon esprit singe s’assoit sur mes genoux, grimpe sur mon dos, saute sur ma tête, y mange des cacahuètes, et brise toute naissance de sérénité par mille activités diverses, inattendues. Mais pendant que je chante, il se calme. Peut-être qu’il m’écoute ? C’est le moment de la journée où je sens le mieux le lien avec la Demeure et à travers lui avec tous les pratiquants.

Je ne me sens plus "loin", et la Demeure est vraiment Sans Limites pourvu que j’ouvre les portes.

"Pas de sons, pas d’odeurs…" Aussi brutale qu’elle a commencé la pluie a cessé. Les sons de la vie quotidienne émergent à nouveau. Ils n’avaient pas disparu bien entendu ! Quelques oiseaux, ce sont toujours eux qui les premiers annoncent la fin de la pluie. Si je sors, je sais qu’il y aura une odeur fade, l’air étouffant chargé de l’eau qui s’évapore déjà.

Des chants d’oiseaux, mais "pas de sons Pas d’odeurs" ? Mes sens m’informent quand il se passe quelque chose ; mais quel organe pour que je puisse prendre conscience de ce qui n’arrive pas, ce qui est toujours là (même si pas vraiment "toujours") ? Par exemple que je vis, conscience de la vie elle-même.

Sur ce "toujours là" les événements arrivent, passent, s’effacent et en voilà d’autres, créateurs d’autres sons, autres odeurs éphémères. Quel est le son du toujours là, quelle est l’odeur de la vie ?

… Après les oiseaux, des notes de musique et des rires, des voisins emménagent, là bas.

"Les Bouddhas du passé, du présent et du futur…" ont chanté, chantent et chanteront ce même Sutra.

Eux aussi, ils sont "toujours là". Ils sont même ici, exactement là où je suis, dans le souffle du chant.

Jacques SetsuKo

PS : Laurent nous a expliqué un jour la porosité du quotidien à la pratique des Sutras et je l’en remercie. Il nous a cité l’exemple du "Sutra du feu rouge", ça marche vraiment bien. Mais à Mayotte, dans toute l’île il n’y a qu’un seul feu. Pas facile de pratiquer dans ces conditions. J’ai trouvé la solution, j’y passe aussi souvent que possible.

 

Commentaires de l'article

 
Anonyme
Le 10 juin 2008
(suite) du son du sans-voix, du son du sans-lieu, reliés au delà de la conscience, au delà de l’objectif et du subjectif, en pleine conscience. Vivants. QU’est-ce que c’est ? Vivants, reliés, le coeur emplit de joie et de gratitude, envers qui ? envers quoi ? Juste vivant. Animé et non-animé. Bonne continuation.

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
2 juin 2008
Statistiques de l'article :
1148 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 229 (518027)