Tea time : Et à un moment, on lâche...

Le 24 mars 2009, par Daishin,

( en réponse à M. qui a dit sa souffrance et son refus de mettre en vente la maison de son enfance, et pour d’autres, aussi, y compris moi-même, parfois..) :

C’est vrai que lorsque nous sommes crispés, bloqués dans une situation de refus, nous vivons une immense souffrance. Lorsque nous disons « non » à ce qui est devant nous, nous créons nous-mêmes cette souffrance. Lorsque nous nous accrochons à quelque chose qui n’existe plus, lorsque nous refusons de lâcher ce qui n’est déjà plus là, nous alimentons cette souffrance.

Imaginez que vous soyez cramponné au bord d’un précipice, accroché par le bout des doigts, et en plus, il y a une personne avec une pierre vous martèle les mains : vous avez mal, vous avez peur de ce qui va se produire quand vous allez lâcher – car vous sentez bien que vous ne pourrez pas rester comme cela ! - vous savez que vous allez tomber, vous écraser, ou vous noyer, enfin souffrir – mais vous souffrez déjà tellement en ce moment ! Vous allez mourir, vous en êtes sûrs, alors, malgré l’immense douleur, vous vous cramponnez de plus belle...Et vous souffrez encore plus...

Et en fait vous êtes bien sûr à la fois la personne qui s’accroche, et la personne qui frappe les doigts – car vous savez, avec cette certitude intérieure complète que nous essayons si souvent d’ignorer – que vous allez devoir lâcher, que nous n’avons pas d’autre choix – qu’il n’y a aucun autre choix que ce qui est devant nous. Et vous vous infligez à vous-même cette souffrance, sans relâche... Et à un moment, on lâche... Oh ! Pas d’un coup, pas de bon coeur, mais à un moment, pour poursuivre l’image, le bord s’effrite, il n’y a plus rien à quoi se retenir... ! Et on tombe, et en même temps on pousse un grand « nooooon »...Vous voyez, comme dans les dessins animés... !

Et, surprise, en fait, on ne tombe pas ! Que se passe-t-il ? Choisissez, selon votre caractère, l’image qui vous parle le plus – ou le moins ! Voilà : soit on a – et on a toujours eu – la terre sous les pieds, pas de précipice, pas d’abîme, pas de chute...On reste tout étourdi, désemparé, presque vexé : pas de drame !

( Remarquez que les personnes très douées arrivent à buter, ou se tordre les pieds, ou autre, et ah ! drame – « quand même ... » ! )

Soit on peut se représenter la suite comme cela : on ne tombe pas, c’est l’espace qui nous porte, il n’y a jamais rien eu à craindre. Juste à lâcher, et se laisser porter, flotter, pas d’obstacle. On ne le savait pas, ou bien on l’avait oublié, on n’y croyait pas...On est infiniment léger, mais de temps en temps, peut-être, un petit élancement dans les doigts, une envie d’attraper quelque chose, de refermer la main...

Et peut-être qu’il fallait juste ce temps, et cette douleur pour apprendre, une première fois, ou une fois de plus... et peut-être qu’on va s’y retrouver encore et encore, agrippés par les doigts, par les dents... !

Ça va. On est lents, aussi, mais ça va. On a le temps, tout le temps d’ apprendre, toute notre vie. Pas de blâme, surtout pas de blâme – cela équivaudrait à prendre une deuxième pierre pour se taper dessus !

J’agite la main
et je pars
sans même emporter
un nuage
avec moi.

Zu Xhimo

Joshin Sensei

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
24 mars 2009
Statistiques de l'article :
905 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 244 (518850)