Questions aux Maîtres : extrait du magazine Buddhadharma

Le 27 septembre 2009, par Daishin,

Question : il y a presque trente ans que je pratique. Quand je pratique la méditation ou quand j’étudie les enseignements du Dharma, je me sens merveilleusement bien, comme si tous mes problèmes avaient disparu. Mais cette sensation ne dure habituellement pas très longtemps. Dans ma vie quotidienne, au travail et à la maison, dans mes relations avec ma femme et mes enfants, j’éprouve du stress et de l’anxiété. Cela se manifeste par une sensation de faim intense, ce qui m’entraîne à trop manger et parfois par de violents spasmes musculaires dans le bas du dos.

Je lutte aussi contre des sentiments de chagrin et de colère en rapport avec des problèmes financiers et avec le comportement des autres. Je pense à mon travail et à ma situation familiale qui ne sont pas ce que je voudrais qu’ils soient et je rêve d’une vie où je pourrais passer plus de temps à méditer et à étudier le Dharma, ce qui ne fait qu’exacerber mon mécontentement.

Bien sûr, d’une certaine manière j’arrive à me contrôler parce que mon enseignant(e) veut que je devienne enseignant du Dharma mais j’ai l’impression d’être un imposteur à cause de ma situation personnelle. Aidez-moi, je vous en prie.

Zenkei Blanche Hartman : je suis très touchée par votre “Aidez-moi je vous en prie” venu du fond du coeur. Nous sommes tellement déçus lorsque nous voyons que nos vieilles habitudes mentales ont la vie dure et continuent à agir après des années de pratique sincère. Quand j’ai commencé, je pensais : “en ce moment, je suis complètement déboussolée, mais je vais commencer cette pratique Zen et retrouver un équilibre afin de vivre mieux”. Puis je me suis rendue compte, avec une certaine déception, que je ne viendrais jamais à bout de tout cela. Tout comme l’illusion est sans fin, de même la pratique doit être sans fin.

Avez-vous parlé avec votre enseignant(e) du stress et de l’anxiété que vous éprouvez dans votre vie quotidienne ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi ? Est-ce que vous essayez de faire bonne figure devant votre enseignant(e) ? Est-ce que c’est ce que vous entendez par “vous contrôler” ? Comment votre enseignant(e) peut-il(elle) vous aider si vous ne vous dévoilez pas complètement devant lui ou elle ?

Peu importe que vous adoriez pratiquer la méditation ou que votre compréhension intellectuelle des enseignements du Dharma soit excellente. Ce qui est important dans tout cela, c’est la libération. Et la libération, c’est être détaché des notions du “moi” et de “l’autre”.

Suzuki Roshi a dit “Un bodhisattva devrait être reconnaissant quand il rencontre des problèmes. Quand vous avez un problème, c’est là-même que se trouve votre pratique.” La pratique du Dharma se trouve précisément là où vous voudriez que votre vie soit différente de ce qu’elle est.

Dans l’esprit du bodhisattva, est-ce que nous ne devrions pas essayer de prendre soin de notre famille, de notre travail, de notre relation aux autres et aux substances (y compris à la nourriture) afin d’être plus efficaces dans l’aide que nous pouvons apporter aux autres ? Si le seul moment où la vie nous procure une quelconque satisfaction c’est quand nous sommes sur notre coussin ou en train d’écouter les enseignements du Dharma,cela ne signifie-t-il pas que nous utilisons le Dharma comme un moyen d’éviter les gens, les lieux et les choses qui réclament notre attention ?

Appliquer votre compréhension du Dharma aux difficultés qui surgissent dans votre vie vous permettra d’aider d’autres personnes quand vous serez prêt à enseigner.

Une thérapie serait également susceptible de vous aider. En ce qui me concerne, j’y ai trouvé une aide vraiment efficace et un bon complément à la pratique.

(suite le mois prochain, réponses de deux autres enseignants de traditions différentes).

Traduction : C.Jutteau

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

Tea-Time : On ne peut plus se cacher …
L’arbre - Faire un choix
Questions aux Maîtres : extrait du magazine Buddhadharma
En vrac.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
27 septembre 2009
Statistiques de l'article :
988 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 229 (518032)