Fausses promesses

Le 30 janvier 2010, par Daishin,

Dans les débuts de notre pratique spirituelle, nous pouvons nous retrouver sans cesse en train de nous détourner de la réalité du moment présent. Nous faisons un détour après l’autre dans un effort d’éviter ce que nous ne voulons pas voir sur nous-même. Certains de ces détours sont assez transparents, notre addiction à tout contrôler, notre obsession à vouloir tout comprendre, notre attachement à cet esprit tourbillonnant qui est une façon d’éviter l’inconfort de la nouveauté. Pensez un instant à ce que vous faites quand pour éviter la méditation, vous commencez à faire le tour de votre planning pour les jours à venir ! Est-ce que ce n’est pas avant tout une tentative pour éviter l’inconfort du désordre et du chaos ?

En nous observant, nous commençons à voir que de tels détours sont partout, même au beau milieu de que nous nommons le plus « spirituel ». Par exemple, prenez la forme et les rituels de votre tradition. Sans aucun doute, ils peuvent nous aider à élever nos aspirations, mais, en, eux-mêmes, ils ont peu à voir avec la recherche de la vérité. (…) Notre façon de nous asseoir, de chanter, de nous incliner : est-ce que nous les utilisons pour nous connecter à ce qui est, ou comme détours, moyens de nous cacher ? D’éviter de nous confronter à nos peurs ?

Certains détours sont plus subtils, par exemple notre tendance à blâmer les autres, ou nous-mêmes. Combien de fois avons-nous trotté sur le sentier de l’auto-jugement avec des phrases comme « Je ne serai jamais bon pour faire cela » ou bien « Je suis absolument nul(le) » ? Ce sont des détours jusqu’à ce que nous voyions clairement ce que nous sommes en train de faire. Une fois que nous avons vu un de ces jugements pour ce qu’il est vraiment – un détour, un évitement-, et que nous revenons à l’expérience du moment présent, nous sommes de retour sur le bon chemin.

On pourrait presque dire que les premières années de la vie spirituelle ne sont qu’un grand détour ! Nous pouvons commencer avec la ferme intention d’aller vers l’éveil, mais nous perdons notre chemin à cause de notre imagination qui nous représente les fausses promesses des bénéfices de notre pratique. Combien d’entre nous ont l’idée que la méditation est censée nous faire nous sentir bien ? Et si nous avons cette idée, que va-t-il se passer quand ça ne marchera pas ? Est-ce que nous devrons faire le détour par la frustration ou l’auto-jugement ?

Nous assumons que si nous pratiquons assez longtemps, et assez sérieusement, notre souffrance va partir, que notre vie sera comme elle doit être, libre d’inconfort et de douleurs. Si nous avons cette idée, et le sens du « cela m’est dû »qui l’accompagne, nous continuerons à croire qu’on ne peut pas être heureux si nous sommes dans l’inconfort.

Mais en fait, notre inconfort va certainement continuer – et c’est là que nous sommes bloqués à cause de la fausse promesse que tous ces trucs désagréables allaient disparaître. Cette fausse promesse – la pratique spirituelle va enlever notre souffrance – peut prendre la forme d’une envie de confort, de calme, d’être libéré de la peur, ou bien d’une notion assez vague d’illumination. Elle peut nous motiver pendant des années. Après tout, qui ne voudrait être libre de ce fardeau d’être ? Mais tôt ou tard, nous devrons commencer à voir à travers l’illusion de cette promesse. Ce n’est en fait qu’en voyant ce que la pratique n’est pas que nous pourrons commencer à voir ce qu’elle est vraiment.

Quelle est l’origine de cette fausse promesse ? C’est l’ego, ce petit esprit qui essaye de contrôler son petit monde, d’avoir la vie selon ses désirs. Car l’essence de la fausse promesse, je le répète, est de nous assurer que nous pouvons être ce que nous voulons, et avoir la vie que nous désirons. Mais cela ne peut apporter que de la déception, parce que quoique nous fassions, rien ne peut nous garantir une vie sans problèmes. Bien sûr, nous pouvons nus cramponner à notre mantra du « si seulement... » : « Je serai heureux si seulement j’avais un bon travail, un bon mariage, ou bien le corps qu’il faut... »

Une partie de notre pratique consiste à nous examiner avec précision, notant nos nombreuses tentatives pour nous détourner du moment présent, et pour dévoiler les illusions qui nous aveuglent. Nous pouvons à un moment réaliser un des grands secrets de la pratique spirituelle : pour nous connecter avec ce qui est réel, nous n’avons pas besoin d’être dans un « quelque chose » spécial, que ce soit la clarté ou l’espace.

Nous n’avons pas besoin de nous sentir « quelque chose » de spécial, que ce soit calme ou relié. L’une des choses les plus difficiles à comprendre est que nous n’avons pas à remplir les images idéalisées de comment nous sommes supposés être, ni comment la vie est supposé être. Tout ce que nous avons à faire est d’expérimenter ce qu’est notre vie exactement à ce moment et travailler avec cela. Ce qui survient n’a pas d’importance.

Comment nous nous sentons par rapport à ce qui survient n’a pas d’importance non plus. Cela peut être difficile à accepter, mais tout ce qui importe est : pouvons-nous honnêtement reconnaître ce qui se passe, puis rester moment après moment dans la réalité de cette expérience.

Quand nous comprenons vraiment que nous n’avons pas besoin de ressentir, ni d’être, quelque chose de spécial, nous réalisons alors que chaque chose de la vie, y compris les détours, les fausses promesses, et toutes les déceptions, sont en fait le chemin lui-même. Comprendre profondément que TOUT est le chemin est le début de la vie véritable que nous recherchons.

Ezra Bayda Zen Center San Diego

Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

Fausses promesses
Le coeur à vif
Le Maître est ainsi...
En vrac

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
30 janvier 2010
Statistiques de l'article :
1127 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 242 (518869)