Et toujours les animaux...

Le 13 février 2011, par Daishin,

“Je ne vois pas du tout de raison pour laquelle les animaux devraient être massacrés pour servir un régime humain quand il y a tant de substituts. Après tout, l’homme peut vivre sans viande. Il n’y a que certains animaux qui doivent subsister avec de la chair. Tuer des animaux pour le sport, pour le plaisir, pour des aventures, et pour la peau et la fourrure est un phénomène qui est à la fois dégoûtant et bouleversant. Il n’y a aucune justification pour s’adonner à de tels actes de brutalité.

Dans notre approche de la vie, qu’elle soit pragmatique ou autrement, la vérité ultime à laquelle nous sommes confrontés directement et incontestablement, est le désir pour la paix, la sécurité et le bonheur. Différentes formes de vie dans différents aspects d’existence forment les habitants envahissants de cette planète qu’est la nôtre. Et, peu importe qu’ils appartiennent au plus haut groupe en tant qu’humains ou au plus bas groupe, les animaux, tous les êtres primordialement recherchent la paix, le confort et la sécurité. La vie est aussi chère pour une créature muette que pour un homme.

Tout comme on veut le bonheur et on craint la douleur, tout comme on veut vivre et ne pas mourir, il en est de même pour d’autres créatures.’’

Dalaï Lama - Le Chemin Végétarien, le 19ème Congrès Mondial Végétarien


‘’Je pense que d’un point de vue bouddhiste il est très important d’être végétarien. J’ai toujours dit que même si sur un plan individuel on ne réussit pas toujours à coller à un régime végétarien, quand un grand nombre de personnes se rencontrent pour une fête, une conférence, ou tout autre rassemblement, il est indispensable que le groupe évite de manger de la viande. Quant à moi, j’ai essayé de mon mieux d’introduire le végétarisme dans la société tibétaine...

D’après le bouddhisme, la vie des êtres – humains, animaux ou autre – est précieuse, et tous ont le même droit au bonheur. Pour cette raison, je trouve cela honteux que des animaux soient utilisés sans la moindre compassion, et qu’ils soient utilisés pour des expériences scientifiques.

... J’ai aussi remarqué que ceux qui manquent de toute compassion pour les animaux et qui n’hésitent pas du tout à les tuer sont aussi ceux qui, tôt ou tard, montrent un manque de compassion envers les êtres humains. Inversement, plus nous avons de la compassion pour les animaux, plus nous considérons leurs vies comme précieuses, alors plus nous avons du respect pour la vie humaine.’’

Au-delà du Dogme Beyong Dogma (page 28)

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 113 (594198)