Sampaï - trois prosternations

Le 5 avril 2014

Il y a une tradition au Japon qui me semble importante et que j’aimerais intégrer dans notre pratique à la DsL.

Que nous soyons religieux ou laïcs, quand nous arrivons dans un temple et après nous être annoncés, nous allons directement dans la salle des cérémonies faire sampaï. Puis, nous allons saluer les responsables principaux du lieu. Le temple peut être un lieu inconnu ou bien son propre temple, après avoir passé quelques jours à l’extérieur.

En allant dans un temple, en visite ou pour un séjour, nous grimpons la montagne, c’est ainsi que les temples au Japon portent au moins deux noms. Le nom du temple et le nom de la montagne où il se trouve. C’est comme si l’on disait La Demeure Sans Limites ou bien le Chiniac (nom du vallon sur lequel est situé Saint-Agrève).

Je pense que cette pratique de sampaï en arrivant à La Demeure Sans Limites peut nous aider à rentrer plus vite dans le lieu, à réaliser où l’on est, car lorsque l’on arrive « du monde » il nous faut toujours un temps, plus ou moins long, pour poser nos bagages. Zuigakuin

De plus, la pratique de sampaï ouvre nos cœurs et nous permet d’exprimer notre gratitude envers les Maîtres grâce à qui ce lieu existe. Je pense particulièrement à Niwa Zenji, Moriyama Roshi et aussi à Jôshin Sensei, physiquement moins présente qu’auparavant à la DsL.

Cela peut nous aider à nous ancrer, nous poser et aussi à revenir à cette place, notre moi véritable, au silence intérieur.

C’est un acte simple et profond.

Pour mieux illustrer mon propos, voici un passage d’un article écrit par Eric Romulluère pour un magazine sur le thème « Le message du Bouddha » : « En 1988, je suis allé au temple de Eiheiji avec un groupe de pratiquants européens. L’abbé était un moine respecté du nom de Niwa Renpô Zenji âgé de plus de 80 ans. Il venait de subir une lourde opération chirurgicale et se reposait dans ses appartements. Après quelques jours, nous fûmes autorisés à venir brièvement le saluer.

Niwa Zenji parla à ses assistants d’une voix douce et à peine audible. Il voulait se prosterner devant nous. Deux personnes furent nécessaires pour l’aider à se baisser jusqu’à ce que son front puisse toucher terre et à se relever. Et ceci par trois fois. Puis il repartit lentement, sans avoir rien dit.

Ce fut un immense choc. Le chef suprême de l’école Sôtô Zen s’était prosterné devant de simples pratiquants de passage. Mais il avait puisé dans la bienveillance et la tendresse et toutes les attentes, toutes les convenances s’étaient brisées d’un coup. Cet homme avait pu nous introduire à l’inconcevable. […] ».

La pratique de Sampaï, pour nous introduire à l’inconcevable...

Jôkei Sensei

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
1er avril 2014
Statistiques de l'article :
1085 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 247 (519100)