Suite des notes de l’Ermitage du Petit Bois de Pins : Au gré des heures monastiques

Le 28 octobre 2014

Retour d’une semaine de retraite dans un ermitage, une cabane isolée dans un sous-bois sur le plateau ardéchois. Qu’ai-je fait ? Qu’y avait-il à faire ? Seulement suivre les horaires qui m’avaient été prescrits, en harmonie avec ceux du temple en contrebas dont me parvenaient les sons de cloche qui rythment la journée des pratiquants. Et dès le premier jour, je reconnus la pertinence de cette phrase qu’avait prononcée un jour la Supérieure et qui m’avait alors tant surpris : « Le grand maître, ce sont les horaires ».

Revenu en fin de séjour au sein de ce monastère zen, je tombai dans la bibliothèque sur la Règle de Saint Benoît ; non loin on trouvait en anglais le « Bendoho », texte du fondateur au XIIIème siècle de l’école Soto zen, Maître Dogen, où était consigné, entre maints détails pratiques sur la vie à mener dans un temple, le « daily schedule » qui la régit. Le parallèle était éclairant. Parce que parallèle il y a.

Monastère de Eiheiji Ma journée s’entamait avec la méditation du soir, une assise (zazen) d’une heure et demie qui préludait au silence de la nuit et à l’assise tout aussi silencieuse du lendemain dès le lever à 5 heures. Que la journée ait commencé la veille, englobant le temps du sommeil et enchaînant sur une nouvelle séance de méditation, j’en retrouvai non seulement l’indication dans le texte de Dogen mais aussi dans l’organisation du temps prévue au VIème siècle pour l’abbaye du Mont Cassin : les Bénédictins eux aussi pratiquaient « le grand silence » dans la continuité de la nuit, de Complies, moment du coucher, jusqu’à Vigiles (vers 2h du matin en hiver ou 4h en été, après 8 heures de sommeil).

Le Figaro.fr Que la nuit fût encadrée dans un cas par deux assises ou dans l’autre par deux offices importait peu en regard de ce rythme commun qui pacifie le sommeil, qui permet de retrouver l’énergie au réveil par une pratique spirituelle (au moment où l’on sait l’organisme le plus vulnérable et où statistiquement l’on meurt le plus souvent de mort naturelle) et qui harmonise la vie avec l’ordre naturel des saisons ; cet accord avec les moments variés du lever et du coucher du soleil, on le voit lorsque Dogen détermine quand sonner la cloche du zazen du soir et donner le signal de la fin de la nuit : « quand il y a encore ou assez de lumière pour distinguer les lignes de sa main à bout de bras ou des fourmis à ses pieds ».

Autre coïncidence, le découpage du temps entre le lever et le coucher du soleil en quatre phases dans l’une et l’autre Règle, celle de St Benoît reprenant à cet égard la division romaine qui de Prime (vers 6 heures), par Tierce (9h) et Sexte (midi du déjeûner), aboutit à None, les Vêpres venant compléter la journée avant que son cycle ne recommence de Complies à Vigiles, soit sept offices par jour. Ces « heures canoniales », je les reconnaissais dans le programme à appliquer dans ma cabane où alternaient, avec le même nombre d’assises et des repas pris également assez tôt, des heures d’étude et d’activité physique.

rateau « Ora et labora », la devise de l’Occident monastique a pour pendant, « zazen et samù », méditation et travail, dans l’Orient bouddhiste. « L’oisiveté est ennemie de l’âme. Aussi les frères doivent-ils être occupés à heures fixes au travail manuel et à la lecture de l’Ecriture », écrit Benoît en son chapitre XLVIII. Et de poursuivre en déterminant les plages horaires de ces activités variables selon la saison. « L’ennui et la distraction », répètent de leur côté les textes du Zen, sont les écueils à éviter au cours de la méditation tout comme dans la journée. Pour éviter que la pensée ne s’égare et divague, revenir constamment à l’attention sur l’action précise, qu’elle soit respirer, marcher, chanter, recopier des textes, lire ou travailler aux champs ou à la cuisine : ce sont dans les deux religions les mêmes types de pratiques et réglées selon les mêmes biorythmes qui permettent de s’oublier pour trouver plus vaste que soi.

JPEG - 8.4 ko
Retreatnetwork.co

La règle en définitive libère. Uniformisant le cours du temps, égalisant les jours et régulant les humeurs, la discipline des rythmes est nécessaire pour toute vie communautaire comme pour l’ermite qui n’a pas conquis son « idiorythmie ». De toutes façons, si l’on est là, c’est bien pour assentir à ces horaires et, par chance, il n’y a rien d’autre à faire que d’en suivre la régularité : à y perdre son illusoire indépendance, on découvre une vraie liberté. Pierre

Sources :

Dogen’s Pure Standards for the Zen Community, State University of New-York Press 1996, comprenant le texte du Bendoho rédigé en 1246 au temple de Eiheiji.

Règles des moines, Sagesses, Seuil 1982 comprenant les règles de St Pacôme, St Augustin (« Priez aux heures et aux temps marqués ») et de St Benoît.

La vie quotidienne selon la Règle de Saint Benoît, Pierre Téqui éditeur, Paris 2004.

George Duby, Adolescence de la chrétienté occidentale, Skira 1967, chapitre IV « La liturgie » et Saint Bernard, l’art cistercien, AMG 1976, p. 44.

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

2ème partie - Qu’est-ce que l’illumination ?
Suite des notes de l’Ermitage du Petit Bois de Pins : Au gré des heures monastiques
Après la Demeure sans Limites : trois courriers
Poèmes, poèmes : un livre de poèmes

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
28 octobre 2014
Statistiques de l'article :
722 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 244 (518868)