Les Maîtres : masculin et féminin

Le 1er novembre 2015

L’image d’un maître zen comme un solide modèle masculin héroïque se traduit souvent par la répression des émotions et a abouti à ce que Grace Schireson a appelé le "zombie zen." Le « solitaire silencieux » des Maîtres Zen comme un modèle de comportement idéal inflige des dégâts à la fois chez les femmes et chez les hommes.

La présence plus visible des femmes dans le Zen a eu pour conséquence l’inclusion de la gamme des émotions humaines (y compris la colère, la peur, le chagrin, la joie et la vitalité) comme un champ riche pour la pratique. Joko Beck, héritière du dharma de Maezumi Roshi, a été une pionnière dans ce domaine.

L’une de ses héritières du Dharma, Barry Magid, psychanalyste et maître zen, a écrit au sujet de l’inclusion de Joko Beck des émotions dans la pratique du Zen comme suit : "Il n’est pas trop de dire que Joko Beck a transformé la nature du Zen en Amérique. À une époque où l’accent sur les expériences de kensho et d’illumination selon la manière dont nous avions imaginé nos maîtres japonais conduisait à une attitude méprisante vis-à-vis des problèmes qui étaient « simplement » psychologiques. Joko a restauré un sentiment de réalité émotionnelle à une pratique... [dans laquelle il y avait] une tendance profondément enracinée à enchâsser un déni émotionnel au cœur même de la formation zen traditionnelle.

Grace Schireson dit que son étude des ancêtres femmes du Zen a révélé que le non-évitement de l’émotion, la volonté d’être avec ce qui est d’une manière qui ouvre le cœur plutôt que de le fermer, a eu une influence importante sur sa pratique du Zen :

"L’enseignement de femmes dans le Zen déplore la perte d’êtres chers et exalte la beauté de la vie. Peu importe si, dans leur pratique profonde, leur cœur humain est exposé. Ceci est un enseignement merveilleusement vivant pour les bouddhistes occidentaux, dont la plupart pratiquent au milieu de leur famille, au travail et dans leur communauté, plutôt que dans des milieux monastiques silencieux. Apprendre des ancêtres du Zen et comment elles ont exprimé la pratique dans leur famille, dans l’art et dans la communauté peut être une source abondante d’inspiration pour les Occidentaux"...

Linda Myoki Lehrhaupt

http://bouddhismeaufeminin.free.fr/21tresorcache.htm

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

Les Maîtres : masculin et féminin
La fondation Bodhicitta et Ayya Yeshé
Que faire ?
À écouter

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
11 octobre 2015
Statistiques de l'article :
451 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 244 (518868)