Gasan Joseki, disciple de Keizan Jokin

Le 30 septembre 2015

Gasan Joseki Daiosho (峨山 韶碩 1275–23 November 1366) Disciple de Keizan Jokein, et son successeur.

Parmi ses disciples, Bassui Tokushō, Taigen Sōshin .

Il est né dans la famille Minamoto.

Ses parents étaient très pieux. N’ayant pas eu d’enfants, sa mère priait de tout son cœur Manjusri bodhisattva : « Pour avoir la joie d’un enfant ». Une nuit elle rêva que le bodhisattva avalait une épée, et elle devint enceinte.

L’histoire de cette conception ressemble beaucoup à celle de Keizan Zenji, le fondateur de Sojiji.

Il commença ses études dans le Tendaï, devenant un novice de cette école à l’âge de 16 ans.

Cela faisait 6 ans qu’il faisait beaucoup d’efforts pour étudier et pratiquer sur le Mont Hiei lorsqu’il entendit parler d’un moine Zen nommé Keizan Jokin de passage à Kyoto. Il voulut savoir ce qu’il enseignait et alla lui poser une question-piège : « Est-ce que les enseignements de l’École Tendaï que j’apprends actuellement ne sont pas les mêmes que ceux du Zen dont vous parlez ? »

Sans lui répondre, Keizan Jokin ne fit que sourire. Gasan ne comprit pas et retourna au Mt Hiei,. et reprit ses efforts. Mais il continuait néanmoins à réfléchir au sourire de Keizan Jokin, et à la véritable signification de La Voie du Bouddha. Au bout de deux ans, insatisfait, incapable de répondre aux questions qu’il se posait, il quitta le Mt Hiei et alla rejoindre Keizan Jokin au monastère de Daijoji, près de Kanazawa, et devint un de ses disciples. Il fut ensuite le 2ème Supérieur de Sojiji, et le 4ème de Yokoji.

Il fut le 1er Maître au Japon à étudier le système des « Cinq Degrés » (Goi) crée par Tozan Ryokan Daiosho (Chine 807-869) http://terebess.hu/zen/mesterek/gasan.html

Dialogue entre Keizan et Gasan :

Une nuit contemplant le ciel étoilé, Keizan lui demanda : « Savez-vous qu’il y a deux lunes ? « Gasan ne comprit pas ce que son Maître voulait dire. Keizan poursuivit : « Si vous ne savez pas qu’il y a deux lunes, alors vous ne pourrez pas fleurir dans le lignage du Soto Zen. » Gasan entreprit de pratiquer avec encore plus d’application.

( Il y a deux fins à cette histoire : )

1. Reconnaissant les manques de sa compréhension, Gasan entreprit de pratiquer de façon encore plus intensive qu ’avant . Un jour, alors qu’il était assis en zazen, Keizan Zenji s’approcha sans bruit et claqua des doigts près de son oreille. A ce bruit, Gasan s’éveilla : c’était comme sortir d’un rêve, dira-t-il.

2. Keizan l’envoya étudier avec d’autres Maîtres, en particulier un Maître Rinzaî, Kyoo Unryo Roshi. Lorsque Gasan revint, il répondit à son Maître : « Nous devons hériter de l’esprit qui est aussi beau que la lune » Entendant cela, Keizan reconnut Gasan comme son successeur : « Enfin maintenant vous pouvez fleurir dans le lignage Soto ». Après avoir ouvert Yokoji, Keizan Zenji continua son travail de diffusion des enseignements du Zen Soto et convertit un temple Shingon de la péninsule de Noto en un temple Bouddhiste Zen et le renomma Sojiji. Trois ans après cette ouverture, il le confia à Gasan Joseki, et retourna à Yokoji. Il y mourut l’année suivant à 62 ans. Dans ses écrits le plus important reste le Denkoroku, recueil de la Transmission de la Lampe, 53 koans entre Maître et disciple, et leurs brèves biographies.

Gasan Joseki Zenji avait alors 49 ans ; bien que reconnu par l’empereur comme « Place de pratique pour la promotion du Bouddhisme Zen Soto », le temple ne possédait que peu de bâtiments ou de ressources financières. C’était la tâche de Gasan Zenji d’assurer son développement et de poursuivre la diffusion du Zen Soto à travers les provinces. Il écrivit le Keizan Shingi sur le modèle du Eihei Shingi : Les Règles Pures de Keizan. Il devint aussi le Supérieur de Yokoji.

Afin de pouvoir diriger les cérémonies du matin de ces deux temples, distants de 52 km, il déplaça la cérémonie de Sojiji à minuit, puis il partait et traversait les montagnes jusqu’à Yokoji. Pendant ce temps, les moines de Sojiji récitait le Daihishin Dharani extrêmement lentement, jusqu’à son retour. Il reprenait alors la récitation à la vitesse habituelle. Cette façon de réciter unique est encore observée jusqu’à aujourd’hui.

Il eut un certain nombre de disciples, connus sous le nom des 25 Dignitaires. Il organisa un système de Supérieurs Résidents qui permit le développement de Sojiji. Parmi eux, dans notre lignage : Taigen Soshin Daiosho, qui fut son successeur à Sojiji.

Il mourut entouré de ses disciples à l’âge de 91 ans. Ses derniers mots furent : « J’ai reçu cette vie pendant 91 ans, et la quitterai pour l’autre monde à la tombée du jour » http://global.sotozen-net.or.jp/eng/dharma/pdf/34e.pdf :

( Sojiji a été déplacé à Yokohama après l’incendie du temple originel en 1898 )

SOJO : la transmission des enseignements du bouddha de maître à disciple, génération après génération.

Gasan Zenji a reçu de façon juste les Enseignements de Keizan Zenji et il a établi solidement Sojiji, permettant à ces Enseignements d’être transmis à tous ses descendants. Nous sommes les descendants du Dharma de cette continuité vivante de ce lignage, et nous les transmettrons dans le futur. A l’approche de la Cérémonie du Grand Mémorial, nous faisons le vœu de poursuivre la diffusion de ces enseignements. Nous réfléchissons aux causes-et-effets qui ont nous ont permis de recevoir ces Enseignements, et considérons comment les transmettre à travers notre corps et notre esprit dans le futur, même dans cette période de peurs, de confusion et d’insécurité spirituelle.

http://global.sotozennet.or.jp/eng/dharma/pdf/34e.pdf : Trad Jôshin Sensei

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

Dans la même rubrique

D’un voyage à l’autre...
Gasan Joseki, disciple de Keizan Jokin
Offrande de l’encens
Comme un oiseau...

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
30 septembre 2015
Statistiques de l'article :
623 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 242 (518869)