Mon écharpe

Le 1er décembre 2015

Quelque chose qui a tout à voir avec ce que nous venons de lire :

Mon écharpe

« Aujourd’hui, j’ai failli donner mon écharpe en cachemire. Failli... Mais que peut faire d’une écharpe en cachemire un enfant frigorifié de la tête aux pieds ?

La famille est entrée en même temps que moi dans le bureau de poste de la gare. Elle est probablement arrivée la nuit dernière à Hambourg de son pays chaud. La mère, le père, un enfant et un nourrisson.

Habillés sur leur trente et un. La femme porte une robe de soie bleue et des souliers vernis. Le père, un pantalon de velours côtelé et des tennis blanches.

Les parents ont vêtu leur enfant d’un costume et d’une chemise blanche. Le bébé repose dans les bras de sa mère, emmailloté dans un drap rose. Ils n’ont pas de bagages. Ils ont dû passer des heures dans le hall de la gare. A présent, ils se tiennent presque immobiles dans la tiédeur de la poste qui vient enfin d’ouvrir ses portes.

Je ne peux pas les quitter des yeux. Le petit garçon essaie de pleurer mais n’y parvient pas. Il fixe sans cesse ses mains engourdies qui dépassent des manches de sa veste. Ses doigts sont tendus, complètement rigides.

Le Saint-Nicolas de la gare fait irruption dans le bureau de poste. Il fourre un sachet de massepain dans la main de tous les enfants présents. Celui du petit garçon tombe sur le sol. Il est incapable de le tenir. Le papa remercie aimablement Saint-Nicolas. Il prend un morceau de massepain dans le sachet et tente de le donner à son enfant. Le petit pleure : ses doigts sont trop gourds. Son papa lui donne la becquée.

Je réfléchis : que pourrais-je donner à l’enfant pour le réchauffer ? Malheureusement, je n’ai que mon chemisier. Ma veste en cuir est trop lourde pour lui. Et puis je dois moi aussi ressortir. Et mon écharpe ? Si seulement j’en avais mise une autre. Et pas justement celle en cachemire ».

Anke Gebert

Ce texte, je l’avais traduit dans le cadre de mon second mémoire de master, en 1998, par là (j’avais traduit des passages d’un recueil de nouvelles sur le racisme et l’extrême droite en Allemagne, plus spécialement destiné aux adolescents). Il m’est revenu à l’esprit tout à l’heure, quand je cherchais dans "mes stocks" des coupons de tissu pour ma participation du mois au projet " My Kiji (www.mykiji.com).

Et je me suis rendu compte que j’éliminais systématiquement tous ceux que je trouvais trop jolis ou trop chers. Alors j’ai remélangé tous les coupons, et je me suis eforcée de n’en sélectionner que de très beaux (enfin... à mon goût !).

Pour une fois, j’ai décidé de donner mon « écharpe en cachemire ». Sans regrets. Avec joie. Pour envoyer un peu de douceur et d’amour aux femmes qui vont recevoir ces sacs. Ça m’a donné envie de ressortir ces textes et de les retravailler. Peut-être de terminer de traduire le livre. Peut-être d’essayer d’en faire quelque chose. Il date de 1992, mais à le feuilleter tout à l’heure, il m’a semblé plus que jamais d’actualité…

Françoise

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
1er décembre 2015
Statistiques de l'article :
393 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 247 (519100)