On suit le Dharma

Le 1er janvier 2016

Le Dharma était la raison d’être de ce voyage, bien que je n’ai pas boudé mon plaisir à jouer au touriste, découvrir le Japon et aller à la rencontre des japonais. Trois événements m’ont particulièrement impressionné.En premier lieu la rencontre avec Aoyama Roshi : Les retrouvailles entre Aoyama Rôshi et Jôkei Sensei étaient très émouvantes. J’en avais les larmes aux yeux. Quelle joie tranquille et quelle énergie douce chez Aoyama Rôshi et les nonnes du Nissôdô ! Le temps ne semble pas avoir de prise sur elles. Avec cette joie, nous avons baigné dans le Dharma : cérémonie, shôko, zazen, les calligraphies et les cadeaux d’Aoyama Rôshi.

Nous avons retrouvé la même pratique joyeuse du Dharma chez Togari Rôshi à Zuigakuin : un vigoureux samu collectif, un zazen paisible au sein de la montagne. A chaque visite, Togari Rôshi nous a ramené au Dharma, la première fois en nous enseignant à faire calmement, dans le zendô, ce qui doit y être fait : entrer, aller devant le tan, faire gasshô, monter sur le tan, s’asseoir sur le coussin, et la deuxième fois en nous confiant que pendant le zazen, le zendô était empli du Dharma.Autant au Nissôdô, qu’à Zuigakuin, nous étions bien loin de la pompe de Sôjiji, mais quelle fraicheur ! La Vie ! Jokei Sensei à Zuigakuin

Enfin, avec Danielle, et grâce à Jokei Sensei, nous avons pu expérimenter la pratique à Tôshôji, loin au sud de Tokyo, après un voyage de plusieurs heures en shinkansen. Il y avait un ango, c’est à dire une période de retraite de trois mois, avec des moines et nonnes en formation. Nous sommes restés quelques jours, pendant lesquelles une sesshin (une retraite) en silence a commencé. Nous avons suivi le gyôji des moines et nonnes : les horaires, les zazen, les cérémonies, les samu, avec l’état d’esprit de La Demeure Sans Limites. La Demeure Sans Limites rendait visite à Tôshôji. Entre le réveil à 4 heures du matin, et le petit déjeuner, il s’en passe des choses. A la fin, on ne peut plus développer l’avidité. Porter la nourriture à sa bouche, la mastiquer, devient une cérémonie, la pratique sans fin. On suit le Dharma, le Dharma nous guide.Nous avons beaucoup, beaucoup reçu. Comme une éponge. Et maintenant ?

Maintenant ? Maintenant, la fatigue du voyage, les douleurs dans les jambes (les longues assises en seiza) sont envolées, oubliées. Avec cette Joie du Dharma, gyôji – la pratique sans fin – se poursuit encore et toujours.

Iwan

 

Poster un commentaire

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.



Daishin

Daishin est le bulletin en ligne de la sangha réunie autour de Joshin Sensei, fondatrice du temple "La Demeure Sans Limites".

Tous les mois, vous y trouverez des textes proposés par Joshin Sensei, ou les membres de la sangha.

N’hésitez pas à réagir ou répondre aux textes proposés en ajoutant vos commentaires.

Si vous souhaitez proposer un texte, merci de l’envoyer par email à La Demeure Sans Limites.

À propos de cet article

Dernière mise à jour le :
31 décembre 2015
Statistiques de l'article :
434 visiteurs cumulés

Votre recherche

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 228 (517865)