Liste des articles

... | 460 | 470 | 480 | 490 | 500 | 510 | 520 | 530 | 540 |...

Publié en juillet 2006

A propos de la retraite à l’ermitage du Petit Bois de Pins :

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
(…) Je voulais également vous remercier de m’avoir autorisé à passer une semaine dans l’ermitage. Là également, je n’ai rien écrit après. J’ai du mal à mettre des mots sur les choses vécues. Cela a été une semaine très forte ; le plus dur a été les deux premiers jours : ne plus voir personne, être en permanence face à soi-même. Ensuite, on abandonne toutes les images, ces faux semblants. On a l’impression de renaître, de découvrir des choses inconnues, (...)

Le temps pour pratiquer

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
(…) Le temps, me semble-t-il, passe bien vite. J’ai l’impression que les jours filent, que les années s’envolent. Ainsi, n’y a-t-il pas de temps à perdre pour pratiquer. Le temps, voilà le cœur de ma question.J’ai la volonté de pratiquer. Le rakusu que j’ai pris auprès de vous est l’expression de ce souhait : vouloir découvrir, et avancer dans, la pratique. Je découvre en fait la frustration en ce moment. Je me sens coincé dans un (...)

Qu’est-ce qui apparaît ?

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
Qu’est-ce qui apparaît ? « Vous apparaissez devant vous-même avec netteté… » Sensei cite souvent ce poème. J’ai dû me tromper de route, ou rater un carrefour, m’embourber quelque part.Ce qui apparaît avec netteté, c’est la casserole, si je suis à la cuisine, l’arbre si je suis au jardin… Rien n’apparaît plus de moi.Je m’approche davantage de la musique( surtout celle des oiseaux), de la peinture, de la beauté de la nature, et rien (...)

Comme la fleur de lotus

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
Quand le cœur est fermé il ne reste que la tête, des croûtes de vie, plus ou moins épaisses, là où l’on bouge, on peut même rire, voyager, mettre des couleurs partout, “je” et les passions, les autres, les couleurs du ciel...combien va nous durer la “lumière dans les yeux” ? On est attrapés dans l’entonnoir. “Les émotions ne sont pas traces de vie, mais la cachent”. Le cœur qui est clôt c’est un moi qui exige TOUT, mourir lentement ou vivre fébrilement, c’est le “je” partout, (...)

Le rakusu sur la tête

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
La journée de travail est terminée. Dans les premiers moments où je suis dans la maison une agitation m’envahit. Il y a les propos que les élèves m’ont tenus, les choses qui ne vont pas dans la vie privée de l’un ou de l’autre, les e-mails des clients que je viens de relever, les gens à renseigner par retour de courrier, une lettre dans la boite qui me rappelle des choses désagréables et j’ai le souper à préparer. Je me dis que ce n’est pas (...)

Il ne se passe rien

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
Quand les Athéniens se rencontraient, ils s’abordaient non par un « comment ça va ? » mais par « quoi de neuf ? ». Saint Paul s’en gaussait, lui pour qui, depuis son illumination sur la route de Damas, il n’y avait plus d’autre événement que celui qui avait changé sa vie en relativisant tout ce que les médias nomment « événement ». Et c’est peut-être là le vrai sens du « rien de nouveau sous le soleil » si ce soleil est celui qui illumine tous les faits (...)

Questions de vocabulaire

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
Les idées cheminent lentement dans les cerveaux secondaires, comme font les semences dans le sol, ou par détours sinueux comme on dit en espagnol que Dieu écrit droit avec des lignes courbes. Toujours est–il qu’il m’a fallu bien du temps pour adapter à mon vocabulaire ce « take care », lancé par Sensei il y a quelques années, dont je voyais bien l’étendue et l’application mais que je ne savais traduire. Déficit de mots auxquels se raccrocher, auxquels (...)

La haine de soi

Le 2 juillet 2006 dans Juillet-Août 2006
Pema Chodron :(..) La meilleure idée que j’ai entendue, c’est de se traiter soi-même comme on éduque un enfant : Vous savez que vous devez donner à l’enfant beaucoup d’amour, d’encouragements et de soins, mais qu’il a aussi besoin de limites. Et vous même, dans votre cœur, vous savez ce qui va vous faire grandir. Pas très bien, au début, mais petit à petit, vous apprenez. Et cela (...)

Publié en juin 2006

Doctrine et dogme.

Le 1er juin 2006 dans Juin 2006
Citation de Martin Buber : « La tradition est la plus belle des libertés quand nous l’assumons avec la conscience claire de sa signification [...] mais elle est aussi l’esclavage misérable pour celui qui en accueille l’héritage par paresse d’esprit. » Et puis forcément le Bouddha pour initier une mise en pratique : « Mon enseignement est un radeau pour traverser la rivière, mais de l’autre côté il ne faut pas le porter sur ses épaules comme un fardeau. » En cela, dans cette (...)

Il meurt lentement...

Le 1er juin 2006 dans Juin 2006
Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n’écoute pas de musique, celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux. Il meurt lentement celui qui détruit son amour-propre, celui qui ne se laisse jamais aider. Il meurt lentement celui qui devient esclave de l’habitude refaisant tous les jours les mêmes chemins, span (...)

... | 460 | 470 | 480 | 490 | 500 | 510 | 520 | 530 | 540 |...

SPIP 1.9.1 [7502] | BliP 2.3 | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs par jour (cumul) : 93 (585194)