cascade pt

Et puis, à développer, à creuser mon travail des mois à venir : « Pour une écologie poétique »

– pour commencer avec E. Morin :

Nous avons besoin d’une prise en considération de notre réalité humaine qui est biologique et animale. Nous sommes des primates, des mammifères, des vertébrés, des polycellulaires..

Il faut comprendre que nous avons bien plus besoin de la nature que la nature a besoin de nous. Elle a besoin que nous ressentions des liens aimants avec non seulement nos animaux familiers, mais le monde animal et végétal. Elle a besoin de nos émotions poétiques devant les mers, les montagnes, les vols d’oies sauvages, la majestueuse sérénité des grands arbres.

Nous ne devons jamais oublier que nous sommes des vivants au sein d’un monde vivant.  Nous devons comprendre que les écosystèmes et la biosphère qui englobe les écosystèmes sont des merveilles d’auto-organisation spontanée et autorégulée.

Edgar Morin, L’humanité de l’humanité.

fleur-mur