Daishin n° 270 – Mars 2021

Vieux Cerisier en fleurs
Vieux prunier de 200 ans, Suzuka Forest Garden, Japon

« Quand le vieux prunier refleurit,
c’est le monde entier qui refleurit avec lui ».
Maître Dogen

Une saison en méditationLe 2ème tome du livre de Joshin Bachoux Sensei va sortir le 4 mars : Une saison en méditation, Editions Cerf.

 « Une nonne bouddhiste zen nous adresse depuis son temple et dojo d’Ardèche des lettres d’éveil et de réveil. C’est à l’illumination de la simplicité quotidienne qu’éduque ce petit guide narratif de l’art de méditer. Pour enfin à tout vivre des richesses du présent.
Voici un livre pour apprendre l’art du vagabondage créatif à travers les saisons de la nature et les âges
de la vie. Depuis son magnifique et paisible monastère bouddhiste d’Ardèche, Joshin Luce Bachoux nous envoie 50 cartes postales qui se lisent comme des fables, des contes, des nouvelles. Chacune, chacun y trouvera une leçon sans pesanteur et sans moralisme sur le sens de l’existence…

Programme et Uposatha

Cerisier-vignetteJoshin Sensei :
– Paris : samedi 6 mars.
Infos: http://www.montagnes-et- forets-du-zen.org/retraites-et- journées
– Assises et partages du Dharma sur YouTube :
infos et horaires : https:// www.nousasseoirensemble.org/

Cerisier-vignette

La Demeure sans Limites :
Réouverture de La Demeure sans Limites le 1er mars.
Le temple sera ouvert du 1er au 18 mars.
– Retraite de la nouvelle lune : du 11 au 14 mars, https://www.larbredeleveil.org/ lademeuresanslimites/retraite- du-11-au-14-mars/

Cerisier-vignette

Joshin Sensei et Jokei Sensei
– Retraite de printemps dans la Drôme : du vendredi 19 a.m. au dim. 21mars après le déjeuner :
 » Le chant du zazen »
https://www.larbredeleveil.org/ lademeuresanslimites/retraite-a- saou-26/

Cerisier-vignette

Uposatha :
– Lune nouvelle : samedi 13,
– Pleine lune : dimanche 28.
Rejoignez-nous en vous inscrivant : https://framadate.org/ NonS3dwYpag3lyJX

Sommaire

Planning et Uposatha
Baika : le vieux prunier a refleuri – Maître Dogen
Vers la lumière – Joshin Sensei
Vers la lumière – Sokyu Genyu
En vrac : Mars : pleine lune des vers. Lumière, Misuzu Kaneko

Programme et Uposatha

Cerisier-vignette

Joshin Sensei :
– Paris : samedi 6 mars.
Infos: http://www.montagnes-et- forets-du-zen.org/retraites-et- journées
– Assises et partages du Dharma sur YouTube :
infos et horaires : https://www.nousasseoirensemble.org/

Cerisier-vignette

La Demeure sans Limites :
Réouverture de La Demeure sans Limites le 1er mars.
Le temple sera ouvert du 1er au 18 mars.
– Retraite de la nouvelle lune : du 11 au 14 mars, https://www.larbredeleveil.org/ lademeuresanslimites/retraite- du-11-au-14-mars/

Cerisier-vignette

Joshin Sensei et Jokei Sensei
– Retraite de printemps dans la Drôme : du vendredi 19 a.m. au dim. 21mars après le déjeuner :
 » Le chant du zazen »
https://www.larbredeleveil.org/ lademeuresanslimites/retraite-a- saou-26/

Cerisier-vignette

Uposatha :
– Lune nouvelle : samedi 13,
– Pleine lune : dimanche 28.
Rejoignez-nous en vous inscrivant : https://framadate.org/ NonS3dwYpag3lyJX

En vrac

MARS – Pleine Lune des Vers (Full Worm Moon)

Pleine lune crépuscule

« Super Lune » est le terme utilisé lorsque la lune est pleine et la plus proche de la Terre. C’est la cas en Mars. Dans ces conditions, la Pleine Lune peut apparaître environ 7% plus grande et 30% plus lumineuse comparativement à lorsqu’elle est la plus éloignée de la Terre.

La Pleine Lune de mars est connue sous le nom de « Lune des Vers » car à l’époque de cette Pleine Lune, le sol dégèle et les vers remontent à la surface de la terre lorsque la pluie tombe

Autres noms : Lune virginale, Lune chaste, Lune du corbeau. https://www.pleine-lune.org/ calendrier-pleine-lune-2021

——-

Lumière

Là où il y a de la lumière.
Là où il y a de la lumière.
Là où il y a de la lumière.

Même une feuille va à l’endroit où filtre le soleil.
Et l’herbe aussi, cachée dans les broussailles.
Là où il y a de la lumière. Là où il y a de la lumière.

Au risque de se briser. Brûler les ailes. Vont vers les lampes,
Les insectes qui volent dans la nuit.
Vers la lumière, vers la lumière.

Vers un endroit où ne serait-ce qu’un instant…? Coule à flot, le soleil.
Vont les enfants qui habitent les villes.

Mitsuzu Kaneko

Populus pousse

Vers la lumière – Sokyu Genyu

Cerisier-vignette De nouveau, au milieu de l’obscurité, d’innombrables lumières s’entremêlent. Éparpillées selon divers angles, on dirait des aiguilles ou de fines stalactites.

À la limite entre lumière et obscurité, j’ai vraiment l’impression de percevoir comme l’ombre de la lumière mais je me dis que la lumière n’a pas d’ombre.

 L’ensemble des innombrables lumières flotte et se répand comme une surface liquide, et envahit tout mon champ visuel. Si on me disait qu’il s’agit de la Voie Lactée, je serais prête à le croire mais serais tout aussi convaincue si on me disait qu’il s’agit d’un agrandissement de la surface des pétales des fleurs de cerisier…(…)

 « Savez-vous que dans le Paradis de la Terre Pure, les choses apparaissent telles qu’on les désire ? Si on veut entendre de la musique, on en entend ; si on veut sentir un bon parfum, on peut le sentir. C’est possible ce genre de choses ? dis-je en riant.

 Mais Jiun répond : « Je ne sais pas » et commence à raconter une histoire plutôt étrange. Et de nouveau il est question d’atomes, de quarks, de « supercordes » et je ne sais trop quoi encore.

Étoiles galaxieFinalement ce que je crois comprendre c’est que « l’énergie cosmique est invariable » et c’est à peu près tout. C’est plutôt rassurant comme information d’ailleurs.

Mais juste après, Jiun continue, sans aucune gêne, à parler de l’instant où quelqu’un meurt, en posant l’hypothèse d’une transformation en énergie. « Une énergie énorme se dégage alors »…. « Je pense -dit Jiun- que la plus grande part de cette énergie reste inutilisée. Alors, cette énergie, je me demande si elle ne se concentre pas dans la puissance qu’on appelle Amida.  Cette énergie énorme, c’est à dire Amitâbha, produirait donc peut-être l’apparition de ce qu’on appelle la Terre Pure ».

Je me sens vraiment dans un état étrange. Un bonze qui se respecte ne ferait sans doute pas de raisonnements comme ceux de Jiun. Ce qu’il dit, à la limite, peut tout à fait amener à se réjouir de la mort à venir.

 Depuis que je suis hospitalisée, je fais mon possible pour ne pas penser à la mort, mais en voyant les belles mains rosées de Jiun posées sur ses genoux, c’est la première fois que je me sens prête à accepter simplement l’idée que la mort est proche.

 Ce qui me semble étrange, au fond, ce n’est pas cette acceptation de la mort, c’est plutôt que, quelle que soit la façon dont on tente de se la représenter, on garde finalement un vague sentiment d’incompréhension.

 ….Ce que je ressentais à ce moment-là, je pense que c’était peut-être la grandeur de la vie.  Je n’aurais su expliquer pourquoi, mais il me semblait que ma vie, tout autant que celle de ma mère, avait quelque chose de magnifique. Je me sentais pénétrée de cette sensation étrange et d’une certaine manière effrayante, comme cette mer immense que je pouvais voir en baissant les yeux. Je me disais que ma vie était une sorte de miracle, et mes larmes ne cessaient de couler.

 Sokyu Genyu Au-delà des terres infinies. Picquier

Vers la lumière – Joshin Sensei

 

Cerisier-vignetteUne phrase me touche beaucoup dans les anciens sutras indiens. Quand le Bouddha expose un point de la doctrine, les auditeurs, moines ou laïcs, disent : « C’est très bien, Bienheureux, c’est comme allumer une lampe dans les ténèbres » .

La parole du Bouddha qui allume une lampe dans les ténèbres, c’est une image qui m’a touchée. Cette image va être extrêmement développée dans le Mahayana. Déjà le terme d’ignorance c’est-à-dire Avidya en sanscrit « non connaissance », est traduit par : Mûmyo, ce qui s’écrit : non-lumière.

 Au début, lorsque nous entrons dans la Voie, nous sommes dans mûmyo, il n’y a pas de lumière. Nous sommes dans les ténèbres, dans l’ignorance, au sens bouddhiste, c’est à dire l’ignorance de notre véritable nature, de notre véritable moi.

De plus, nous pensons voir un moi là où il n’y a pas de moi, voir une réalité dans ce qui est irréel ; on dit aussi « prendre pour plaisir ce qui est source de douleur « . Puis nous commençons à pratiquer zazen et zazen est comme une lampe qu’on apporte dans les ténèbres.Bouddha autel

Cela paraît simple. Pourtant, et c’est vraiment un retournement merveilleux de Maître Dôgen dans le Shobogenzo : que se passe-t-il, imaginez, si vous projetez le rayon d’une lampe dans les ténèbres ? C’est une chose que je connais bien car cela m’a vraiment frappé quand je l’ai vu les premières fois.

Comme vous le savez, j’ai habité à Zuigakuin, un temple où il n’y a pas d’électricité et lorsque l’on vit plusieurs années sans électricité, on est plongés dans une autre approche par rapport à la lumière- on ne la voit plus de la même façon. Pour circuler dans le temple, on prend souvent une lampe de poche.

Que se passe-t-il lorsque vous allumez une lampe dans une pièce, dans un endroit sombre ? Si vous en avez l’expérience, vous verrez que l’obscurité devient plus obscure.

Quand le rayon de votre lampe illumine l’obscurité, eh bien, autour de la lumière, tout devient aussitôt encore plus obscur. Maître Dôgen dit que zazen, c’est complètement comme cela : au départ vous êtes dans l’obscurité et vous ne savez même pas que c’est l’obscurité puis vous allumez une lampe, c’est zazen, et cette lampe nous fait voir l’obscurité de notre ignorance.

Non seulement zazen nous fait voir notre ignorance mais il nous en fait voir l’obscurité encore plus obscure ! C’est le début de la non-ignorance : voir son ignorance.vPlutôt que de penser que faire zazen, ce serait tout d’un coup ne plus voir que la lumière : c’est au contraire mieux voir, à la fois la lumière et les ténèbres.

 Notes d’une retraite sur  » Maître Dogen et la Lumière Merveilleuse « . Joshin Sensei

-—

木魚 « Dédier les mérites » ?

Qu’est-ce que cela fait exactement ?

Question :
Nous sommes encouragés à dédier les mérites de notre pratique à tous les êtres. C’est une belle idée, mais quel effet, le cas échéant, a-t-elle vraiment ? Et peut-on offrir quelque chose que l’on n’est même pas sûr d’avoir ?

Jetsunma Tenzin Palmo :
Dans les pays de tradition bouddhiste, le concept de punya a toujours joué un rôle important.
Habituellement traduit par « mérite » ou même par « bonté », punya désigne les résultats karmiques positifs de bonnes intentions et actions.

Cette croyance dans le pouvoir des actions méritoires est perçue comme une force éthique qui peut être dirigée vers n’importe quel objet choisi. Les gens se sont donc mis à « accumuler les mérites » et à s’en réjouir ; les mérites sont alors dédiés à autrui et ainsi partagés.
Cela nous encourage à accomplir des actes de bonté comme pratiquer la générosité et la gentillesse. Nous pouvons également nous réjouir des actes généreux que nous voyons les autres accomplir et les partager.

Bouddha boisAu début de la pratique formelle, nous prenons refuge dans les Trois Trésors et ensuite, dans les traditions Mahayana, nous récitons les vœux du Bodhisattva et nous nous rappelons que nous nous engageons dans cette pratique non seulement pour notre propre bien, mais pour le bien de tous les êtres. En d’autres termes, nous avons réglé notre GPS spirituel sur « l’illumination pour tous ».
Puis, à la fin de la pratique de ce jour-là, nous nous souvenons à nouveau de notre but en dédiant toute la bonté accumulée au bien-être et au bonheur de tous les êtres -ou à toute la planète et au-delà.

Ce sont des entraînements à la Bodhicitta, qui nous rappellent que notre pratique a un sens qui ne se limite pas à notre seul bénéfice. Même l’effort de pratiquer plutôt que de regarder la télévision ou jouer sur l’ordinateur est une bonne chose, et nous pouvons en ressentir de la satisfaction et de la joie, et souhaiter partager cette bonté essentielle avec autrui.
Nous pouvons dédier ces mérites, que nous comprenions ou non toute cette mécanique. Lancez-vous. Il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut percevoir. Conservons un sens du mystère et ne soyons pas étroits et matérialistes.

Chemin herbeLe Dharma va au-delà de notre pensée conceptuelle. Ce n’est pas seulement une « belle idée », c’est aussi très pratique -le monde a cruellement besoin de bonté et d’énergie positive. Les pensées ont du pouvoir. Les prières et les aspirations ont de la force. Presque tout le monde ressent une atmosphère particulière en visitant des lieux sacrés tels que Bodhgaya ou Assise, malgré le chaos apparent ou l’aspect mercantile.
Des siècles de dévotion, de pensées tournées vers le sacré, y ont créé une énergie spirituelle palpable. De même, nous ressentons spontanément une profonde tristesse et une pesanteur lorsque nous visitons Auschwitz ou Dachau.
Nous nageons dans un océan de formes de pensée mais, comme les poissons dans l’eau, nous ne sommes pas conscients de notre propre environnement psychique.

Si nous pouvions le voir, nous saurions que la pollution psychique qui entoure cette planète est beaucoup plus dense que la pollution physique. Il y a tant de colère, d’avidité, de jalousie, de peur et de négativité générale dans la société, et tout cela est cultivé et célébré dans les médias.

Dans cette obscurité, nous avons besoin de lumière. Dédier notre énergie positive aide à rétablir l’équilibre et à apporter une appréciation joyeuse dans une situation apparemment désespérée. Goutte après goutte, le vase se remplit. Donc, par les mérites de cette pratique, puissent tous les êtres être heureux et exempts de souffrance !

Jetsunma Tenzin Palmo, Buddhadharma Traduction : Françoise
(Suite en novembre).

Un nouveau site pour La Demeure sans Limites :

kannon petiteTout beau, tout neuf : plus clair, plus lisible, plus de photos et de videos ; en plus des dates et du planning de La Demeure sans Limites, de Jôkei Sensei et de Joshin Sensei, vous trouverez des lectures, (textes de la Vie, des conférences, etc), des enseignements d’enseignants contemporains, et aussi les e-books ( » Flip-books », à lire sur tous supports) faits avec la Sangha de La Demeure sans Limites.
Vous pourrez aussi réagir et nous écrire, ou réserver directement votre séjour.

Les actualités du temple, de Joshin Sensei, des zendos.
Des liens vers d’autres sites qui nous semblent intéressants à partager.

Vous pourrez aussi réagir et nous écrire, ou réserver directement votre séjour. Tout devrait être prêt au 1er Avril.                   

Voici sa nouvelle adresse : www.larbredeleveil.org/lademeuresanslimites

Nous avons aussi créé une page Facebook dont voici l’adresse : https://www.facebook.com/pg/Lademeuresanslimites/

Jôkei Sensei

Les bulletins précédents


Daishin n° 270
Vieux Cerisier en fleurs
Daishin n°269

Warajis

Daishin n°268

Lanternes vietnamiennes

Daishin nº267 

Comme ça cava

Daishin n°266
bouddha-birmanie
Daishin n°265 – octobre 2020

mokugyos

Daishin n°264 – septembre 2020

140710-buddhas-word-carrying-texts copie

Daishin n°263 – été 2020

Bouddha-Superman


Daishin n°262 – juin 2020
Mudra non-peur
Daishin n°261 – mai 2020
bouddha1
Daishin n°260 – avril  2020

temple-cerisisers

Daishin n°259 – mars 2020
bagan1
Daishin n°258 – Février 2020
BODHGAYA3-1024x679 copie
Daishin n°257 – Janvier 2020

Autel

Daishin n°256 – Décembre 2019

postsfromthepath

Daishin n°255 – Novembre 2019

voyageasie-moine

Daishin n°254 – Octobre 2019

vieux-bassin

Daishin n°253 – Septembre 2019

Moriyama_Roshi__-_Tenzo_Cozinha_CEBB[1](1)

Daishin n°252 – été 2019

DSC09007 - copie

Daishin n°251 – juin 2019
Grotte de ShweOoMin - Birmanie (photo Anne)
Grotte de ShweOoMin – Birmanie (photo Anne)
Daishin n°250 – Mai 2019

1511_eiheiji_main

Daishin n°249 – Avril 2019

urbansketschersnewzealand

Daishin n°248 – Mars 2019

zuigakuin-vue-generale

Daishin n°247 – Février 2019

Nonne coreenne chou vignette

Daishin n°246 – Janvier 2019

Lanterne sur la neige

Daishin n°244- Décembre 2018
Kannon noël
Daishin n°243 – Novembre 2018

enku-10-bouddhas

Daishin n°243 – Octobre 2018

ENSO-carre

Daishin n°242 – septembre 2018
Transmission 1  
Daishin n°241 – été 2018

Montagne brume

Daishin n°240 – juin 2018

Offrandes Temple Inde

Daishin n°239 – mai 2018
Kannon petite
Daishin n° 238 – Avril 2018
avalokiteshvara
Daishin n°237 – mars 2018
katannuta-myanmar
Daishin n°236 – Février 2018

parinirvana

Daishin n°235 – janvier 2018: Commencer l’année dans la joie
namasteNamaste
Daishin n°234 : des ancêtres nonnes, une tasse de thé remplie par l’univers…
nirvana
Daishin n°233 : une réflexion sur cette vie rare et précieuse.

kSaNa -chaque instant

Daishin n°232 : Suite du numéro 231 sur Manger quoi ? manger comment ?
non-violence
Daishin n°231 : un numéro sur Manger quoi ? manger comment ?
karuna
Daishin n°230 : un numéro sur les addictions
mettasoupDaishin n° 229 : un numéro sur le silence
enfantsmoines
Daishin n°228 : un numéro sur le jardin
bouddha
Daishin n°227 : anniversaire de la mort de Moriyama Roshiautel
Daishin n°226 : un numéro sur l’écologiebouddhas-plantes
DAISHIN N°225 – Le parinirvana du Bouddha
parinirvana
DAISHIN N°224 – Un numéro pour une année légère

semerveiller-small

DAISHIN N°223 – Un numéro sur l’éveil du Bouddha

arbre-dore

DAISHIN N°222 – Metta – Blanche Zenkei Hartman (2)

jizo-orange

DAISHIN N°221 – Spécial Blanche Zenkei Hartman

DAISHIN N°220 – Om Mani Padme Hum

Om Mani Padme Um

DAISHIN N°219 – LA JOIE
mudita