Planning et Uposatha

Joshin Sensei :

Poursuit les zazens et les partages sur Youtube : horaires, info, blog etc… : https://www.nousasseoirensemble.org/ (sauf entre le 1er et le 8 janvier ; reprise le samedi

 (Joshin Sensei et Jokei Sensei, vous accueillent pour la retraite de fin d’année à Saou (26) au gîte de Chantebise, du 30 décembre 2020 au 2 janvier 2021. -> annulé)

Compte tenu des restrictions cette année, nous avons annulé la retraite ci-dessus, prévue à Chantebise.

Mais nous voulions pouvoir proposer comme tous les ans de débuter l’année ensemble, dans la joie, dans le Dharma et le silence. Aussi, il y aura une retraite Zoom avec Joshin Sensei accompagnée à la Demeure sans Limites par Jokei Sensei et Toen Ni.
Participation: 100 €  – 
Renseignements et inscription : mailto:joshinsensei@larbredeleveil.org

Cette RETRAITE DE FIN D’ANNÉE aura lieu du 30 décembre au 1er janvier.

Toutes les infos : https://www.larbredeleveil.org/lademeuresanslimites/programmes-de-la-demeure-sans-limites/2020-12/

La Demeure sans Limites :

Retraite de l’Éveil du Bouddha – Rohatsu

du jeudi 3 au mardi 8 décembre.

Retraite de Noël : “Laisser ouverte la fenêtre de son cœur” du jeudi 24 au dimanche 27 décembre.

Toutes ces retraites auront lieu si les conditions le permettent bien sûr. Vous pouvez téléphoner à La Demeure sans Limites pour le savoir.

 Uposatha, zazen ensemble :

lune nouvelle : 14 décembre,

pleine lune  : 30 décembre.

Pour nous rejoindre : https://framadate.org/O973IpECvr8xLrAG

 

SUPPLEMENT au n° 267 Décembre 2020

उपेक्षा Qui suis-je ? 

 Si vous essayez de me prendre, vous resterez les mains vides. Si vous pensez m’apprivoiser, vous allez vous décourager. Je ne ressemble à rien, on me tricote à l’envers, je fuis les mondanités et les mots bétonnés. J’arrive quand les autres partent, j’ai pour maison le sable de l’instant, mais … je m’attarde volontiers. J’ai besoin de trois fois rien, une chaise de paille dans un coin. Je viens chez les petits qui ont pour pain la faim et le désenchantement. Je prends l’escalier de service, j’arrive dans leurs disputes et leurs désordres. Je les surprends comme une douceur, une si petite douceur. Sans comprendre, ils se lèvent au milieu des décombres … Ce n’est pas que tout soit clair, mais leurs yeux sont lavés. Demain peut s’envisager…

Feuille dentelle

Beaucoup d’autres guettent mon passage. Je suis de tous les voyages, on me reconnaît au battement d’aile qui effleure les visages, à la trace du désir qui soudain déplie le cœur.

De toujours à toujours, nouée à l’invisible travail d’ensemencer le monde et de grandir les êtres, j’ai un nom : “ Espérance”.

Francine Carrillo. Présenté par Soeur Cora

 – – –


उपेक्षा Le dragon et la perle

Poisson-bois

Un chapitre des Contes d’Avalokiteśvara ( *) et des Mers du Sud, un roman du seizième siècle, paru sous la Dynastie Ming, raconte :

Quand le troisième fils du Roi-dragon va nager dans la mer sous la forme d’une carpe, il est capturé par un pêcheur. Incapable de se transformer en dragon car piégé sur terre, il est vendu et sur le point d’être massacré sur le marché local.

 Lorsque Avalokiteśvara apprend sa situation, Elle donne alors tout son argent à Shancai, son aide et assistant, et l’envoie acheter la carpe sur le marché pour la libérer. La carpe est encore en vie plusieurs heures après avoir été prise, ce qui attire une grande foule, et bientôt des enchères violentes commencent, les gens croyant que la consommation de ce poisson leur accordera l’immortalité.

 Shancai n’arrive pas à surenchérir, et demande le poisson vivant au vendeur en échange de la somme apportée, mais en vain, s’attirant le mépris de la part des gens sur le marché. C’est alors qu’Avalokiteśvara fait entendre sa voix, de loin, en disant : « Une vie n’appartient qu’à celui qui tente de la sauver, non pas à celui qui essaie de la prendre ».

La foule se rend compte de son erreur et se disperse aussitôt. Shancai ramène la carpe à Avalokiteśvara, et le fils du Roi-dragon retourne à la mer.

 En gage de gratitude, le Roi-dragon demande à Ao Guang d’apporter la Perle de la Lumière à Avalokiteśvara, mais la petite-fille se porte volontaire pour le faire à sa place. Après avoir offert la perle à Avalokiteśvara, elle décide de rester avec elle et de devenir sa disciple dans l’apprentissage du Dharma bouddhiste.

 ( *) Avalokiteśvara est le/la bodhisattva de la compassion ; il / elle existe sous différentes formes pour intervenir dans les différents mondes (animaux, humains, etc)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Longnü


—-

उपेक्षा Hier, une promenade dans la campagne m’a offert le vol d’oiseaux dans le vent frais de l’automne.

La course d’un faisan à travers champs, le vol d’un héron, les oies du pré voisin ont élevé ma journée.

Plutôt que de sombrer dans le chagrin (j’en ai beaucoup), la journée m’a apporté le réconfort de la nature, la respiration réconfortante de la vie… MP

木魚 « Dédier les mérites » ?

Qu’est-ce que cela fait exactement ?

Question :
Nous sommes encouragés à dédier les mérites de notre pratique à tous les êtres. C’est une belle idée, mais quel effet, le cas échéant, a-t-elle vraiment ? Et peut-on offrir quelque chose que l’on n’est même pas sûr d’avoir ?

Jetsunma Tenzin Palmo :
Dans les pays de tradition bouddhiste, le concept de punya a toujours joué un rôle important.
Habituellement traduit par « mérite » ou même par « bonté », punya désigne les résultats karmiques positifs de bonnes intentions et actions.

Cette croyance dans le pouvoir des actions méritoires est perçue comme une force éthique qui peut être dirigée vers n’importe quel objet choisi. Les gens se sont donc mis à « accumuler les mérites » et à s’en réjouir ; les mérites sont alors dédiés à autrui et ainsi partagés.
Cela nous encourage à accomplir des actes de bonté comme pratiquer la générosité et la gentillesse. Nous pouvons également nous réjouir des actes généreux que nous voyons les autres accomplir et les partager.

Bouddha boisAu début de la pratique formelle, nous prenons refuge dans les Trois Trésors et ensuite, dans les traditions Mahayana, nous récitons les vœux du Bodhisattva et nous nous rappelons que nous nous engageons dans cette pratique non seulement pour notre propre bien, mais pour le bien de tous les êtres. En d’autres termes, nous avons réglé notre GPS spirituel sur « l’illumination pour tous ».
Puis, à la fin de la pratique de ce jour-là, nous nous souvenons à nouveau de notre but en dédiant toute la bonté accumulée au bien-être et au bonheur de tous les êtres -ou à toute la planète et au-delà.

Ce sont des entraînements à la Bodhicitta, qui nous rappellent que notre pratique a un sens qui ne se limite pas à notre seul bénéfice. Même l’effort de pratiquer plutôt que de regarder la télévision ou jouer sur l’ordinateur est une bonne chose, et nous pouvons en ressentir de la satisfaction et de la joie, et souhaiter partager cette bonté essentielle avec autrui.
Nous pouvons dédier ces mérites, que nous comprenions ou non toute cette mécanique. Lancez-vous. Il y a tant de choses que notre esprit rationnel ne peut percevoir. Conservons un sens du mystère et ne soyons pas étroits et matérialistes.

Chemin herbeLe Dharma va au-delà de notre pensée conceptuelle. Ce n’est pas seulement une « belle idée », c’est aussi très pratique -le monde a cruellement besoin de bonté et d’énergie positive. Les pensées ont du pouvoir. Les prières et les aspirations ont de la force. Presque tout le monde ressent une atmosphère particulière en visitant des lieux sacrés tels que Bodhgaya ou Assise, malgré le chaos apparent ou l’aspect mercantile.
Des siècles de dévotion, de pensées tournées vers le sacré, y ont créé une énergie spirituelle palpable. De même, nous ressentons spontanément une profonde tristesse et une pesanteur lorsque nous visitons Auschwitz ou Dachau.
Nous nageons dans un océan de formes de pensée mais, comme les poissons dans l’eau, nous ne sommes pas conscients de notre propre environnement psychique.

Si nous pouvions le voir, nous saurions que la pollution psychique qui entoure cette planète est beaucoup plus dense que la pollution physique. Il y a tant de colère, d’avidité, de jalousie, de peur et de négativité générale dans la société, et tout cela est cultivé et célébré dans les médias.

Dans cette obscurité, nous avons besoin de lumière. Dédier notre énergie positive aide à rétablir l’équilibre et à apporter une appréciation joyeuse dans une situation apparemment désespérée. Goutte après goutte, le vase se remplit. Donc, par les mérites de cette pratique, puissent tous les êtres être heureux et exempts de souffrance !

Jetsunma Tenzin Palmo, Buddhadharma Traduction : Françoise
(Suite en novembre).

Un nouveau site pour La Demeure sans Limites :

kannon petiteTout beau, tout neuf : plus clair, plus lisible, plus de photos et de videos ; en plus des dates et du planning de La Demeure sans Limites, de Jôkei Sensei et de Joshin Sensei, vous trouverez des lectures, (textes de la Vie, des conférences, etc), des enseignements d’enseignants contemporains, et aussi les e-books ( » Flip-books », à lire sur tous supports) faits avec la Sangha de La Demeure sans Limites.
Vous pourrez aussi réagir et nous écrire, ou réserver directement votre séjour.

Les actualités du temple, de Joshin Sensei, des zendos.
Des liens vers d’autres sites qui nous semblent intéressants à partager.

Vous pourrez aussi réagir et nous écrire, ou réserver directement votre séjour. Tout devrait être prêt au 1er Avril.                   

Voici sa nouvelle adresse : www.larbredeleveil.org/lademeuresanslimites

Nous avons aussi créé une page Facebook dont voici l’adresse : https://www.facebook.com/pg/Lademeuresanslimites/

Jôkei Sensei

Les bulletins précédents

Daishin nº267 

Comme ça cava

Daishin n°266
bouddha-birmanie
Daishin n°265 – octobre 2020

mokugyos

Daishin n°264 – septembre 2020

140710-buddhas-word-carrying-texts copie

Daishin n°263 – été 2020

Bouddha-Superman


Daishin n°262 – juin 2020
Mudra non-peur
Daishin n°261 – mai 2020
bouddha1
Daishin n°260 – avril  2020

temple-cerisisers

Daishin n°259 – mars 2020
bagan1
Daishin n°258 – Février 2020
BODHGAYA3-1024x679 copie
Daishin n°257 – Janvier 2020

Autel

Daishin n°256 – Décembre 2019

postsfromthepath

Daishin n°255 – Novembre 2019

voyageasie-moine

Daishin n°254 – Octobre 2019

vieux-bassin

Daishin n°253 – Septembre 2019

Moriyama_Roshi__-_Tenzo_Cozinha_CEBB[1](1)

Daishin n°252 – été 2019

DSC09007 - copie

Daishin n°251 – juin 2019
Grotte de ShweOoMin - Birmanie (photo Anne)
Grotte de ShweOoMin – Birmanie (photo Anne)
Daishin n°250 – Mai 2019

1511_eiheiji_main

Daishin n°249 – Avril 2019

urbansketschersnewzealand

Daishin n°248 – Mars 2019

zuigakuin-vue-generale

Daishin n°247 – Février 2019

Nonne coreenne chou vignette

Daishin n°246 – Janvier 2019

Lanterne sur la neige

Daishin n°244- Décembre 2018
Kannon noël
Daishin n°243 – Novembre 2018

enku-10-bouddhas

Daishin n°243 – Octobre 2018

ENSO-carre

Daishin n°242 – septembre 2018
Transmission 1  
Daishin n°241 – été 2018

Montagne brume

Daishin n°240 – juin 2018

Offrandes Temple Inde

Daishin n°239 – mai 2018
Kannon petite
Daishin n° 238 – Avril 2018
avalokiteshvara
Daishin n°237 – mars 2018
katannuta-myanmar
Daishin n°236 – Février 2018

parinirvana

Daishin n°235 – janvier 2018: Commencer l’année dans la joie
namasteNamaste
Daishin n°234 : des ancêtres nonnes, une tasse de thé remplie par l’univers…
nirvana
Daishin n°233 : une réflexion sur cette vie rare et précieuse.

kSaNa -chaque instant

Daishin n°232 : Suite du numéro 231 sur Manger quoi ? manger comment ?
non-violence
Daishin n°231 : un numéro sur Manger quoi ? manger comment ?
karuna
Daishin n°230 : un numéro sur les addictions
mettasoupDaishin n° 229 : un numéro sur le silence
enfantsmoines
Daishin n°228 : un numéro sur le jardin
bouddha
Daishin n°227 : anniversaire de la mort de Moriyama Roshiautel
Daishin n°226 : un numéro sur l’écologiebouddhas-plantes
DAISHIN N°225 – Le parinirvana du Bouddha
parinirvana
DAISHIN N°224 – Un numéro pour une année légère

semerveiller-small

DAISHIN N°223 – Un numéro sur l’éveil du Bouddha

arbre-dore

DAISHIN N°222 – Metta – Blanche Zenkei Hartman (2)

jizo-orange

DAISHIN N°221 – Spécial Blanche Zenkei Hartman

DAISHIN N°220 – Om Mani Padme Hum

Om Mani Padme Um

DAISHIN N°219 – LA JOIE
mudita