Cela vous rappelle quelque chose… ?!

ध्यान  Qui veut se consacrer au Grand œuvre du Salut doit abandonner sans les accomplir toutes les tâches qui lui tenaient à cœur. « Un moment, le temps de finir ceci ! » – «  Et puisque j’y suis,  autant régler cela aussi ! » – «  Et ceci ou cela pourrait susciter des reproches, il faut prendre des dispositions pour éviter les tracas… »- « Et s’il est vrai que depuis des années, j’ai fort bien vécu ainsi, comment la chose ne pourrait-elle attendre encore un peu…? »
Avec de tels raisonnements, les devoirs inévitables ne feraient que s’accumuler, d’inépuisables tâches se succèderaient sans fin et jamais n’arriverait le jour de la décision. Mais quand le feu est là, celui qui s’en échappe demandera-t-il : « Un moment ? » Qui veut sauver sa vie ne regarde pas au ridicule et abandonne ses biens pour s’enfuir.
Urabe Kenko Les Heures Oisives. Proposé par Jôshin Sensei

ध्यान  Je suis en train de lire l’essence du Zen de Sekkei Harada, et hier par un hasard extraordinaire je suis arrivée à la page 96 où il dit :   » Si je devais définir le but et la direction de la pratique, je dirais : zazen est zazen. (…) Cela ne renvoie pas seulement à la forme assise du zen. Cela signifie pratiquer chaque chose, chaque activité pour elle-même. Dans votre travail et votre vie de tous les jours, chaque activité est une fin en soi. De cette manière, aucune signification spéciale n’est attachée à quoi que ce soit ».

Voilà des paroles à me répéter chaque jour pour réaliser la voie du Bouddha dans ma vie de laïc bousculée.
Martine L

oui
Dessin : Yvon

RETOUR AU SOMMAIRE