Retraites : la revue américaine Buddhadharma a publié cet hiver un numéro « Your Guide to Retreat Practice » dont nous avons traduit quelques extraits : pourquoi, comment faire une retraite, et que faire après la retraite, lorsque l’on rentre chez soi.
Buddhadharma : Parlons d’abord de ce que les personnes peuvent faire pour continuer et nourrir ce qu’ils ont reçu pendant la retraite, lorsque la retraite est finie.

Rimpoche : D’abord, vous devez vous asseoir en méditation formelle chaque jour. Pas forcément pour longtemps – peut-être une demie-heure, selon le temps dont vous disposez et votre volonté.

Réfléchissez comment  méditer plus que vous ne le faites déjà, mais sans vous promettre trop. Il est plus important de construire une habitude, qu’elle soit de dix ou trente minutes, parce que même parmi les personnes qui aiment la méditation, quand  il s’agit de pratiquer régulièrement, toutes ne le font pas.

Plein de gens disent qu’ils n’aiment pas regarder FaceBook aussi souvent, que c’est une perte de temps, mais finalement ils n’arrivent pas à contrôler cette habitude.    Pour mettre fin à une habitude, il faut en développer une autre.
Construire une nouvelle habitude va prendre entre vingt et trente jours. Donc fixez-vous l’objectif d’une méditation qui soit faisable dans votre vie, et tenez-vous y, que cela vous plaise ou pas, et au bout de trente jours, cela deviendra plus facile à garder. Mais vous avez besoin aussi de la méditation informelle, que vous pouvez faire n’importe où, n’importe quand, en marchant, en mangeant, dans votre travail, en regardant la télé, ou en vérifiant FB.

papillons2Pas besoin d’un coussin, ou d’une position particulière : soyez juste conscient de votre méditation, même quelques secondes.  Mettre cette pratique dans votre vie vous aidera  à poursuivre votre retraite.

 

Buddhadharma : Que diriez-vous à quelqu‘un qui se demande si la retraite est une bonne idée pour lui/elle ?

Rimpoche : Il y a trois choses importantes : la motivation, l’équilibre et le non-attachement à l’expérience de la méditation.

N’attendez pas trop d’une retraite. Dites-vous seulement : « je vais faire une retraite, qu’elle soit bien ou pas. Du moment que je ne tue personne au cours de la semaine, tout sera bien » ! Faites simplement de votre mieux ; quant à la motivation, dites-vous : » Je vais faire une retraite, pas seulement pour moi, mais aussi pour mes amis, ma famille, mes collègues, la société, le monde entier ».

Si vous êtes bouddhiste, pensez à faire naître bodhicitta (l’esprit d’éveil) pour le bénéfice de toutes les créatures vivantes, afin que vous puissiez reconnaître votre véritable nature et vous éveiller complètement.

Parfois une retraite est une expérience merveilleuse, et parfois l’esprit est agité, plein de pensées et d’émotions. Ne cherchez pas si votre expérience est paisible ou pas. Essayez juste ce que j’appelle « méditation zéro », ça veut dire que vous allez juste essayer de méditer, sans vous occuper si vous avez une expérience de méditation ou pas.
Cet effort d’essayer vous amènera   à une authentique méditation dans  le futur. Alors, ne restez pas avec l’expérience de la méditation, mais avec le désir de méditer.
C’est ainsi que vous trouverez l’équilibre, essayez de votre mieux, mais sans vous accrocher aux résultats.
Si vous faites l’expérience d’état de conscience joyeux, ou de moments de clarté non-conceptuels, ne pensez pas « j’ai atteint l’illumination », ou « cette expérience va durer toujours ». Ceci, c’est l’esprit d’attraper et d’être attaché. Pas de problème de se sentir bien avec son expérience de méditation, d’avoir de la gratitude. Mais ne vous y attachez pas.  Vous avez eu une expérience de méditation merveilleuse aujourd’hui… qui sait comment ça va aller demain !

Mingyur Rimpoche
Buddhadharma Winter 2016.
Traduction : Françoise

RETOUR AU SOMMAIRE