Les Ancêtres Femmes du bouddhisme (suite)

Vous trouverez la plupart de ces biographies plus détaillées, et plus joliment écrites, dans le livre « Les Matriarches du Zen  »  de François Loiseau, publié aussi sur :
http://www.bouddhismeaufeminin.org/wp-content/uploads/2017/04/LES-MATRIARCHES-DU-ZEN.pdf

nonneSoma
La fille d‘un ministre du roi Bimbisara ; elle devint une disciple laïque en entendant le Bouddha parler lors d’une visite qu’il fit à Rajagraha  tôt après son Eveil.      Elle fut plus tard ordonnée nonne, et Shakyamouni Bouddha déclara qu’elle était  la première dans son énergie à rechercher   la Voie.
Sakula
Elle venait de Savatthi, un lieu où un monastère avait été bâtie dans    le Bosquet de Jeta-Jetavana           (https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C4%81vatth%C4%AB).
A l’occasion des neuf mois de cérémonies pour l’ouverture de ce monastère, elle devint bouddhiste laïque, puis nonne après avoir entendu les enseignements de l’un des moines.
Plus tard, elle fut une « arhat », et  le Bouddha déclara qu’elle était       la première parmi les nonnes qui possédait  « L’Oeil des dieux », c’est à dire la possibilité de voir dans tous les mondes, proches  ou lointains.
Bhadda Kundalakesa
Elle était une nonne Jaïn, très intelligente qui se sentait insatisfaite du manque de stimulation intellectuelle parmi les Jaïns.
Elle se tourna vers la Sangha du Bouddha après une discussion avec Shariputra, et la communauté l’apprécia pour son esprit vif et sa compréhension profonde.
Ce fut la seule nonne ordonnée que le Bouddha appela par son nom.
Dans le poème qui exprime sa sagesse, elle écrit :
«  Quittant mon lieu de vie du Mont Grjhakuta, je vis le Bouddha Invincible, entouré de l’Ordre des Bhikkhus. Lui ayant rendu hommage, je restai en face de lui les mains jointes.  « Viens Bhadda », me dit-il ;  ce fut mon ordination ».
Bhadda Kapilani
Elle apprit que, des siècles auparavant, du temps du Bouddha Padumattara, une renonçante avait pu se souvenir de ses vies passées.
Elle résolut d’obtenir les mêmes pouvoirs, et avec son mari Kassapa -qui deviendra Mahakassapa- elle décide de vivre une vie d’austérités.
Bhadda et Kassapa furent mariés plusieurs fois, au cours de vies différentes, dans lesquelles ni l’un ni l’autre ne souhaitaient se marier mais y étaient forcés par leurs parents.
Dans l’une d’elles, ils décidèrent tous les deux de ne pas consommer leur mariage, de se raser la tête, de porter la robe safran, la robe des renonçants, et de quitter la maison.
Kassapa rencontra rapidement le Bouddha Shakyamouni, mais il fallut cinq années avant que Bhadda puisse rejoindre le tout nouvel Ordre des nonnes.
Elle fut déclarée par le Bouddha la première parmi les nonnes capables de se souvenir de leurs vies antérieures.
Bhadda Kaccana Yasodhara
Yasodhara était l’épouse du Bouddha. Elle désirait rejoindre l’Ordre des nonnes tout de suite, mais Mahaprajapati pensa que cela créerait des difficultés, aussi elle dut attendre.
Plus tard elle fut déclarée la première parmi les nonnes pour les pouvoirs supra-normaux.
Kisagotami
Kisagotami était une cousine du Bouddha. Elle grandit dans une maison pauvre, et épousa le fils d’un riche banquier.
Elle fut maltraitée par sa belle-famille jusqu’à ce qu’elle eut un enfant qu’elle aimait beaucoup. Mais cet enfant mourut, et elle devint folle de chagrin.
Le Bouddha lui dit que son enfant guérirait si elle pouvait trouver une graine de moutarde venant d’une maison où la mort n’était jamais entrée.
Lorsqu’elle comprit que cela était impossible, et que tous les êtres souffraient ensemble, elle devint nonne.
Le Bouddha déclara qu’elle était la première parmi les nonnes qui portaient un vêtement grossier.
Singalaka mata
Elle fut déclarée la première parmi les nonnes libérées par la foi.
Samavati

Elle fut déclarée la première parmi les nonnes pour répandre metta dans la Communauté.
Shrimala
Shrimala était la reine du Kosala,   la fille du roi Prasenajit et de la reine  Mallika.
Elle fut l’héroïne du Soutra :           « Le Rugissement du lion de la reine Shrimala », un des premiers soutras du Yogacara.
Dans ce soutra, en réponse à une demande du Bouddha, elle proclame les dix vœux et expose un enseignement sur la Nature de Bouddha.
Prabhuta
Prabhuta était une belle jeune femme très dévote vivant avec 10.000 suivantes dans une grande maison dans la ville de Samudrapratishthana.
Elle fut le 13ème enseignant sur 52 à qui le pèlerin Sudhana rendit visite dans le Soutra Gandavyuha.         Vingt de ces enseignants étaient des femmes ; la plupart d’entre elles se trouvent dans cette liste d’Ancêtres Femmes.
Lors de son Eveil, elle reçut le don de manifester une générosité sans limite : elle pouvait offrir à des centaines, des milliers d’êtres la nourriture qu’ils souhaitaient, ou à des millions, ou à tous les êtres de tous les mondes dans toutes les directions. (Soutra Gandavyuha).
Sinha Vijurmbhita
Sinha Vijurmbhita était une nonne surommée  « Celle qui s’assoit sur Trône du Lion » c’est à dire qu’elle enseigna le Dharma sous chacun des nombreux « arbres du paradis »  -ainsi appelés à cause de leur beauté- du magnifique Parc du Soleil à  Kalingavana.awakeningbuddhistwomen
Sous chacun de ces arbres, elle enseigna à différents groupes d’êtres, y compris des dieux, des déesses, des oiseaux, des serpents, des bodhisattvas.
Elle offrit les enseignements du Mahayana à ceux qui ne les connaissaient pas, et détailla des instructions pour ceux qui étaient entrés en samadhi. Sudhana lui rendit aussi visite ; cette visite est relatée dans le Soutra de la Guirlande Fleurie.             Tara et Manjusri  bodhisattva Borobudur
Vasumitra
Vasumitra était une femme extraordinairement belle, vivant dans une maison incrustée de joyaux dans la ville de  Ratnavyuha ; ceux qui ne la connaissaient pas l’accusaient d’être une tentatrice.
Mais en fait elle enseignait aux différents êtres attirés par elle la fin des passions à travers le contact physique, que ce soit se tenir les mains, s’enlacer ou s’embrasser.
Elle fut le 25ème enseignant à qui Sudhana rendit visite.
Gopa
Gopa appartenait au clan des Shakya, à Kapilavastu.
Dans une vie antérieure, elle avait été la fille d’une courtisane et elle fit le vœu d’être toujours la compagne dans la pratique d’un prince, ce prince deviendra plus tard Shakyamouni.
Elle représente l’étape ultime, la dixième, du développement du bodhisattva. Sudhana lui rendit visite, et elle lui apprit comment pratiquer la conscience de la réalité ultime tout en demeurant en plein milieu du monde.

Poems from the Abbey

oxfordbibliographies.comlllumination :
Faire pleinement l’expérience  de la texture de la vie.
Une gorgée de thé, chaud,
la langue éblouie.
Une douleur sous l’omoplate.
Le grattement du toast sous la lame du couteau.
L’os du poignet pousse sous la peau comme une petite planète.

Regarder et attendre à la fenêtre
avant la premier gong, la pluie qui strie les carreaux en ce matin gris-noir.
S’éveiller de la confusion.

Un soir,  je me savonne le bras.
Je remarque que je ne suis pas
vraiment en train de me laver. L’eau coule, chaude, mais je la sens à peine.

Est-ce que prendre une douche est un talent que l’on peut améliorer ? Je me demande.

Mes années de douches inattentives.
Est-ce que la chorégraphie de la douche va changer quand je vais me raser la tête ?
La pleine attention commencera à me mordre les talons.
J’essaye de passer la serviette sur ma peau comme j’ai épluché l’oeuf dur ce matin,
comme je marche sur mes pieds,
comme je sens ma respiration glisser.

Miranda Arocha Smith

En vrac :

consciousinkCommencer l’année dans la lecture et l’écriture de gathas :
Jetant les feuilles sur le tas de compost,
je fais le vœu avec tous les êtres de transformer
mes attachements en un terreau fertile.
Plein d’autres à lire, et la place pour écrire :  https://padlet.com/lulena_zen/lavieengathas
namasteNamaste :  « Mon cœur reconnaît ton coeur, j’honore la lumière, l’amour, la beauté, la vérité et la tendresse qui est en toi, car elle est aussi en moi ; en partageant tout ceci, il n’y a plus de distance ni de différence entre nous, nous sommes semblables, nous sommes un ».
http://yoga.maathiildee.com/2014/06/04/namaste-or-not-namaste/
consciousinkLa Sangha, c’est comme toutes les mains et tous les yeux d’Avalokiteshvara, c’est merveilleux.
Danielle Chokan
consciousinkEnfin, un excellent conseil pour commencer 2018 de façon joyeuse, éclairée et responsable : aller voir le site https://www.cacommenceparmoi.org/
Vous y trouverez plein d’idées. Proposé par Françoise :   «  Il m’a semblé qu’il y en avait vraiment pour tous les goûts, tous les plannings, toutes les bourses, tous les types de ménage, tous les « niveaux » de réflexion, d’engagement… »
Qui a dit :  «  Si je ne le fais pas moi, qui le fera… ? »

Daishin n°235 – Janvier 2018

Commencer l’année dans la joie

paul davis in buddhazimonia copie 2
Suggestions pour la nouvelle année :
« Une demi-heure de méditation est essentielle sauf quand on est très occupé. Alors une heure est nécessaire ».
Saint François de Sales, rappelé par Françoise

« Une demi-heure de sourires est essentielle sauf quand on est grognon. Alors une heure est nécessaire».
Version Jôshin Sensei

Le programme  :

Jôshin Sensei sera à  Paris : samedi 20 janvier.

http://www.montagnes-et-forets-du-zen.org/      

La Demeure sans Limites est fermée jusqu’au printemps… à bientôt ! www.larbredeleveil.org

Uposatha :   www.nousasseoirensemble.org
mardi 2 janvier à 20h-21h : soir de pleine lune,
mercredi 17, un nouvel horaire : 7h-8h le matin pour la lune nouvelle.
Venez nous rejoindre : https://framadate.org/CjqwfEA2WS2bXGZu  

Pour revoir les émissions de Sagesses Bouddhistes dans lesquelles Jôkei Sensei parle d’Aoyama Roshi :

Biographie, émission du 3 décembre

Les pratiques d’Aoyama Roshi, émission du 10 décembre

Sommaire

Kannon est soudanaise et nous la croisons tous les jours – Françoise
Les biographies des Ancêtres Femmes – Myoan Grace Schireson Sensei
Illumination – Miranda Arocha Smith
En vrac

Namaste  namaste

Kannon est soudanaise et nous la croisons tous les jours

Kannon est soudanaise et nous la croisons tous les jours.

Préparant les lits d’invités inconnus,
je fais le vœu, avec tous les êtres,
que nous trouvions tous le refuge.

Quitter le Palais :

Les « migrants » sont entrés dans ma vie pour la première fois en 2015. J’avais lu des articles sur ce parc bruxellois transformé en une sorte de campement qui accueillait des réfugiés syriens, afghans et irakiens, et sur les bénévoles qui se démenaient pour les aider. Je voulais voir cela de mes propres yeux.

Une fois sur place, je n’ai eu qu’une envie : faire demi-tour et m’enfuir à toutes jambes. J’avais été bien naïve. En lieu et place du camping propret peuplé de gens souriants que j’avais imaginé, je découvrais un bidonville et de jeunes hommes maigres, aux mines sombres et aux regards méfiants.
Parmi eux s’agitaient une poignée de gilets jaune fluo. Les bénévoles. Je me suis accrochée. J’ai respiré, pris mon courage à deux mains, et je me suis remise en route.
Au bout d’un moment, j’ai commencé à percevoir quelques timides sourires. Un homme à la peau mate, avec un regard très doux, s’est approché et m’a tendu une assiette remplie d’appétissantes crêpes marocaines.
« Vous en voulez une ?
On a du thé à la menthe aussi, si vous voulez… ».
J’étais venue jeter un œil, me disant que je pourrais peut-être aider, et voilà que les personnes- même que je voulais aider m’offraient des crêpes et du thé…
J’ai continué, passant le long d’une escouade de femmes d’origine maghrébine qui distribuait du couscous et des gâteaux à tout-va.

Puis j’ai trouvé la tente que je cherchais : l’« École du Parc Maximilien».
Des enfants jouaient dans la cour de cette école improvisée.

à l’intérieur, mon regard a croisé celui d’une bénévole, une femme d’âge moyen qui arborait un large sourire. Je lui ai donné ce que j’avais apporté : un jeu pour apprendre aux enfants à lire et à écrire, des albums de coloriage, des tonnes de crayons de couleur et de marqueurs. « Oh super, des marqueurs ! Justement, on n’en a presque plus.

Vous savez comment sont les enfants, ils oublient toujours de remettre les capuchons. Et ceux-ci – désignant d’un geste une petite troupe un peu turbulente – sont exactement pareils ». Exactement pareils.

Si ce n’est que les dessins qui trônaient fièrement sur une corde à linge n’étaient pas vraiment ceux que l’on trouve habituellement dans une classe de maternelle. Une mer de sang, des rafiots rem- plis de gens qui pleurent, une ville avec des maisons en flammes… J’ai souri. « Bien sûr qu’ils sont exactement pareils ». Après l’avoir saluée, je suis partie.bbcnews

Sur le chemin du retour, j’ai pleuré en silence.
J’ai pensé au Bouddha.
À ce qu’il avait dû ressentir quand il avait quitté le Palais pour la première fois et avait découvert la souffrance inhérente à l’existence humaine.

J’ai compris que, même si je me considérais plutôt comme quelqu’un de bien informé, j’avais jusque-là vécu dans ma bulle.

Les bodhisattvas en gilet fluo

Nous voici deux ans plus tard. Une deuxième « vague de migrants » est arrivée à Bruxelles.
Ils viennent toujours de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan, mais aussi, de plus en plus, d’Égypte, d’Éthiopie, du Soudan et d’Érythrée.

Les bénévoles ont retrouvé leurs gilets fluo. Ils rassemblent toute la nourriture qu’ils peuvent trouver pour nourrir les nouveaux arrivants, leur distribuent des sacs de couchage, des tentes, des vêtements chauds, etc.

Mais quelque chose a changé.
Il y a eu les attentats de Paris et de Bruxelles.
L’armée est encore présente dans les rues et dans les grandes gares. Il y a davantage de peur et de ressentiment au sein de la population. à l’égard des musulmans. À l’égard des « basanés ».

Le climat politique et le gouvernement en place en Belgique sont très hostiles.

De jeunes hommes sont arrêtés alors qu’ils font la file pour recevoir un bout de pain et un bol de soupe. Certains sont passés à tabac par la police (enfin, pas toute la police !). Ils dorment dehors, dans la boue, et sont réveillés à coups de bottes avant l’aube.

Une idée germe : et si nous, citoyens belges, nous leur accordions l’asile ?
Pour une nuit ou deux.

Et plus si affinités. Un endroit sûr, au sec et au chaud, où dormir – dans un lit, dans un divan, sur un matelas par terre ou même, si nécessaire, sur un tapis.

L’idée prend racine.

Fin novembre, quelques centaines de familles, soutenues par plusieurs milliers d’autres, abritent plus de 300 migrants chaque nuit.

Et chaque nuit, sans exception, un petit groupe de bénévoles veille jusqu’aux petites heures, grelottant dans le froid et l’humidité, pour trouver un logement à chacun. Relancent des messages sur Facebook :

« Allez, on a encore une trentaine de chouettes gars qui attendent… Il fait caillant… Sioupléééééé ! », « Plus que 10, allez, on peut le faire ! »

Ils semblent infatigables. Ils ont un travail, une famille… et pourtant, chaque soir, ils sont là. À aider.
Par pure humanité. Avec une solide dose d’humour et une extrême gentillesse. Avec patience. Avec un millier d’yeux et autant de bras (prolongés d’un smartphone).

Le groupe Facebook où tout cela s’organise a connu une croissance rapide – et stable (près de 21 000 membres au 30 novembre 2017).

Certains proposent un abri pour la nuit, d’autres de la nourriture ou des vêtements.

Il y a aussi des chauffeurs, qui se chargent d’amener les invités chez leurs hôtes, parfois à plusieurs dizaines de kilomètres du parc.

Les « invités ». Oui, parce que c’est comme cela que nous appelons ceux que nous ne connaissons pas. Ca a commencé par «Je peux prendre deux migrants cette nuit », et c’est rapidement devenu « Je peux accueillir deux invités cette nuit. Je passe les prendre ou est-ce qu’un gentil chauffeur peut me les amener ? »

Et parfois… « Est-ce que quelqu’un a vu mes amis A. et B. ? Leurs lits les attendent ! »
On se raconte des anecdotes (drôles et moins drôles).

On se pose des questions (« C’est ok de les déposer à l’arrêt du bus si je leur donne des tickets pour le retour ? Pas de danger ? »).

On s’entraide (« Est-ce que quelqu’un ici parle Amharic? A. essaie de me dire quelque chose mais Google Translate ne comprend pas… »).
On se refile de bons tuyaux (« Et n’oubliez pas de mettre de la harissa à table ; ils adorent ! »).

On se dépanne (une étudiante avait envie d’aider, mais elle n’avait pas le budget pour nourrir plusieurs personnes…

Une inconnue s’est présentée à sa porte les bras chargés de pain, d’œufs et de confitures maison).
Il y a beaucoup d’amour à l’œuvre dans ce groupe. L’entraide y semble être une chose tellement simple, tellement naturelle.

« Comme une personne qui réarrange son oreiller au milieu de la nuit ».
C’est ainsi que nous avons rencontré Denis, Sandra, Catherine, Nicolas et Sabrina. Tous vivent et travaillent dans notre petite ville ou dans ses alentours immédiats.
Tous sont bien décidés à aider ces femmes et ces hommes, souvent très jeunes, à se construire un avenir. à prendre soin des plus vulnérables (certains « migrants » n’ont guère plus de 14 ou 15 ans).

C’est aussi ainsi que nous avons rencontré Sati et Ahmed, nos premiers « invités ». Deux jeunes Soudanais aux sourires rayonnants, incroyablement doux, discrets et gentils. Ils sont restés chez nous moins de 24 heures, mais ils ont laissé une empreinte profonde dans nos vies.

Semblable et différent

Ouvrir sa porte, pratiquement à l’improviste, à un parfait inconnu pour une ou plusieurs nuits, c’est une sacrée expérience.

Cette personne, vous ne l’avez pas choisie. Un volontaire – ou le hasard – vous l’a désignée. C’est quelqu’un dont vous ne savez rien – Homme ou femme ?

De quel pays ? Quel est son parcours ? Sera-t-il/elle sympathique, en colère, fatigué(e) ? Puis-je lui faire confiance ?

Bien sûr, d’une manière ou d’une autre, nous espérons tous tomber sur des invités souriants, agréables et respectueux.

Des personnes que nous aimerons et qui nous aimeront. La seule chose dont nous pouvons être sûrs, c’est qu’ils ne seront, par définition, pas du tout « comme nous », puisqu’ils viennent d’une culture tout à fait différente, avec une histoire tout à fait différente, qu’ils ont vécu tant de vies au cours de celle-ci…

Ce dont nous pouvons être sûrs aussi, c’est qu’ils seront, par définition, tout à fait « comme nous » – des êtres humains en quête de sécurité, qui fuient la souffrance, qui ont froid et faim, qui ont besoin de dormir, qui ont de petits et de grands rêves, qui veulent juste être heureux, et aimés…

Des personnes qui ont toutes les raisons d’avoir peur de nous, puisqu’après tout, elles ne nous connaissent pas et qu’elles ne savent pas si elles peuvent nous faire confiance.

Qui seront peut-être lasses de passer de foyer en foyer, ne sachant pas de quoi demain sera fait, ni même si elles auront un toit au-dessus de leur tête… Pouvons-nous vraiment nous permettre de faire les difficiles ?

Certains de ces jeunes gens étaient à peine sortis de l’enfance quand ils ont fui leur pays, laissant tout derrière eux – une maison, une famille… pour autant qu’ils aient encore eu une maison et une famille.

Certains ont connu l’enfer avant d’arriver ici et, à bien des égards, ils le connaissent toujours. Et ce sont des humains, comme nous.

Ils peuvent être plus ou moins aimables, comme nous.
Avoir leurs humeurs, comme nous. être fatigués, comme nous.

être désespérés, comme nous. être avides, comme nous.
Et plus fondamentalement… Ce sont des Bouddhas, comme nous.

Pouvons-nous voir le Bouddha dans chaque personne ? Pouvons-nous voir dans chaque personne notre père et notre
mère ? Pouvons-nous les voir et les traiter comme tels ?

Ou, à tout le moins, pouvons-nous nous efforcer de le faire ?
Je n’en suis pas sûre, mais je suis prête à tenter l’aventure.

C’est notre esprit qui crée ces catégories – amis, ennemis, étrangers.
Ces pensées et d’autres – peur, colère vis- à -vis de notre gouvernement qui se désintéresse complètement de leur sort, pas très envie de sortir de ma zone de confort… – ont tourbillonné dans ma tête à mesure que je lisais les témoignages des uns et des autres et que je me demandais si nous devrions, nous aussi, accueillir. Mais si nous, entre tous, ne le faisions pas, qui le ferait ? Et si nous ne le faisions pas maintenant, alors quand ? Nous nous sommes donc jetés à l’eau.

Séparés et inséparables

therapeutesmagazineAvant de partir, Sati nous a dit :
« J’espère pouvoir vous aider un jour ».
Sati, il faut qu’on te dise quelque chose : tu l’as déjà fait.
Tu l’avais fait avant-même de franchir le pas de la porte.
Tu l’avais fait avant-même de quitter le Soudan. Tu l’avais fait avant- même ta naissance.
Bien sûr, comme tant d’autres, nous avons ouvert notre porte, nous avons aidé deux jeunes gens en détresse. Mais vous nous avez offert cette occasion de donner et de grandir. De surmonter nos peurs. De sortir de notre zone de confort. De nous ouvrir et d’ouvrir nos cœurs.
En vous aidant et en décidant de vous faire confiance, nous nous sommes aidés. Et nous laissant vous aider, prêts à prendre le risque de nous faire confiance, vous nous avez aidés, autant que vous vous êtes aidés. Pas avant, pas après. à ce moment précis.
Nous sommes désormais reliés pour toujours – comme nous l’avons toujours été.
Francoise Myosen

namaste

Dessin Anne

निर्वाण Daishin nº234 – Décembre 2017

nonnes
Programme du mois de décembre:
Jôshin Sensei :
La Trappe, Normandie :
vendredi 8, samedi 9, dim.10 décembre : «La porte de la liberté».
Paris : samedi 16
Retraite du Nouvel An à Upie (26) : du vendredi 29 au mardi 2 janvier : 
« Changer sa vie : entrer dans la joie » ;
et avec Jôkei Sensei : « Eplucher un koan ».
La Demeure sans Limites
Jôkei Sensei : du vendredi 22 au lundi 25 décembre :
Retraite de Noël sans portable :
« Quand les nuages flottent la lune voyage ; quand un bateau s’éloigne la rive bouge. Illusion, Éveil, sans fin… »
Fermeture de La Demeure sans Limites : le 25 décembre.
Uposatha : S’asseoir ensemble en décembre
. dimanche 3 : pleine lune, de 20h à 21h et
. lundi 18 : lune nouvelle : ce jour-là, nous nous assiérons le matin de 6h30 à 7h30, comme l’ont demandé plusieurs personnes.
https://framadate.org/1SuRorG7jeXsr9EN
nirvana
Sommaire
Réciter des noms jadis oubliés
La saveur de la Voie Wanxian
Un peu d’attention
Dans la cuisine de La Demeure sans Limites – Maria
Vivre la joie du moment présent – Martine
L’univers dans une tasse de thé V. Vajiramedhi
Un beau miracle, Wislawa Szymborska
En vrac
Finir l’année dans un sourire de bodhisattva
Livres et cadeaux
nirvana
Les deux émissions consacrées à Shundo Aoyama Roshi seront diffusées dans l’émission « Sagesses bouddhistes » sur France 2 aux dates suivantes :
Dimanche 3 décembre 2017 : La vie d’une nonne zen, Aoyama Roshi / 1ère partie Invitée : Jôkei-Ni Lambert
Dimanche 10 décembre 2017 :
La vie d’une nonne zen, Aoyama Roshi / 2ème partie Invitée : Jôkei-Ni Lambert

निर्वाण Dans la cuisine de La Demeure sans Limites

Se retrouver nu au beau milieu d’une cuisine : étrange pour un monastère, non ? Et pourtant c’est bien ce qui finit par arriver à La Demeure sans Limites lorsque vous quittez un instant votre bulle où vous êtes seul au monde pour vous ouvrir à l’autre ;
lorsque vous vous retrouvez sans les conventions sociales habituelles derrière lesquelles on se cache si aisément :
« – Vous en voulez ?
- Non, non allez-y… – Vous êtes sûr, parce que on peut partager sinon…
– Non je vous en prie allez-y ».
Lorsque le silence et gasshô viennent simplifier les rapports à leur essentiel, on peut se retrouver comme nu. Parce que l’espace s’ouvre un peu, parce que toutes ces habitudes avec lesquelles on s’habille d’ordinaire tombent une à une, on se retrouve nu. C’est de prime abord bien inconfortable : être dévêtue devant l’autre, cet inconnu vous pensez !
C’est quand même gênant… déjà qu’on ne s’aime pas beaucoup nous-même.
Etre nu, être à nu, c’est dévoiler tous les défauts, toutes les faiblesses. Et puis le corps parle : il raconte tout notre passé qu’il a comme engrammé ; il raconte nos pensées
qui nous absentent du présent pour un hypothétique futur ou pour un passé révolu.
Notre corps parle et nous dévoile et c’est inconfortable…
Jusqu’au moment où l’on réalise qu’à La Demeure sans Limites on ne sera pas jugé, qu’on y est accueilli pour ce que l’on est dans une grande
simplicité et une bienveillance qui rassure et détend.
Et c’est parce qu’on goûte à cette bienveillance envers soi qu’on peut aller s’asseoir simplement avec ce que l’on est et accorder un peu plus de douceur aux pensées et aux émotions qui nous habitent.
Maria

Réciter des noms jadis oubliés : la liste des ancêtres féminines du zen (2ème partie)

Dans leurs enseignements, les ancêtres féminines du zen pleurent leurs proches disparus et célèbrent la beauté de la vie. Aussi profonde que soit leur pratique, elles exposent leur cœur humain. C’est là un enseignement merveilleusement vivant pour les bouddhistes occidentaux, qui pratiquent pour la plupart au cœur d’une famille, d’un travail et d’une communauté, plutôt que dans le silence des monastères.
En apprendre davantage sur les ancêtres féminines du zen, et sur la manière dont leur pratique s’exprimait dans leur famille, leur art et leur communauté, peut être une riche source d’inspiration pour les Occidentaux.
Il existe plusieurs illustrations contenant les noms des ancêtres féminines approuvés par l’Association Bouddhiste Soto Zen, mais la plus couramment utilisée est le cercle imaginé par la Salt Spring Island Sangha. Ce cercle commence avec les Bouddhas femmes mythiques, se poursuit avec les « matriarches » historiques d’Inde et de Chine et se termine avec les enseignantes japonaises jusqu’à ce siècle. Toutes les ancêtres féminines qui y figurent sont décédées. Nous n’avons pas encore inclus officiellement les enseignantes zen occidentales décédées, étant donné qu’il faut, traditionnellement, plusieurs siècles avant de devenir un « ancêtre ».
La liste des ancêtres féminines est utilisée lors de la transmission des préceptes, hommes et femmes. Elle a été ajoutée aux documents de la transmission du Dharma. Elle a été représentée sous la forme d’un cercle, d’une rivière, d’un ensō -le cercle de la Voie-, d’une bambouseraie et incluse comme document de « pèlerinage », sur lequel les actuelles enseignantes du zen ajoutent leurs noms et sceaux officiels à une liste, sur soie, d’ancêtres féminines.
Si ce document n’existe que depuis peu, il n’en est pas moins très vivant, et sa présence se ressent dans de nombreuses sanghas zen occidentales. Puisse-t-il continuer à faire reconnaître les ancêtres féminines du zen et les femmes du zen d’aujourd’hui et être une source d’inspiration et d’éveil pour nous tous, grâce aux spécificités et à la vivacité de la pratique spirituelle de ces femmes.ancetres-fem
Cette liste comprend des femmes d’Inde, de Chine, du Japon, et d’ Amérique ; des femmes ordonnées et des laïques, qui ont toutes été une source d’inspiration pour notre pratique.
Voici aussi un peu de leur histoire.
Mahaprajapati
La tante et la mère adoptive du Bouddha, c’est elle qui a défié l’exclusion des femmes de la Sangha, et obtenu l’accord du bouddha pour une Sangha monastique féminine. Elle en devint l’enseignante, et elle forma de nombreuses nonnes reconnues comme « arhat » par le Bouddha.
Maya
La mère du Bouddha, qui mourut à sa naissance. Certains sutras parlent de sa demeure dans le ciel Tusita.
Elle est aussi le 41ème ensei-gnant que visite le pèlerin Sudhana dans le Sutra Gandavyuha / Little Pilgrim, en anglais (voir Daishin été 2017).
Khema
On l’appelait « Khema à la vision vaste » parce qu’elle saisit l’ensei-gnement entier du bouddha
dès la première fois où elle l’entendit, alors qu’elle était encore laïque. Elle aida à enseigner et est considérée dans le Canon Pali comme la nonne la plus exemplaire.
Uppalavanna
Elle fut d’accord pour être ordonnée comme le suggérait son père. Elle fut violée alors par son fiancé en colère. A cause de cela, pour leur protection, le Vinaya fut changé pour interdire aux femmes de pratiquer seules dans la forêt. Elle devint la plus avancée en pouvoirs magiques, et en exécutrice de miracles.
Patacara
Après la mort de ses enfants, de son mari et de ses parents, elle devint folle de douleur et vagabonda à travers la campagne. Enfin, elle rencontra le Bouddha qui lui dit calmement de reprendre ses esprits et elle fut guérie.
Elle devint une enseignante honorée qui amena beaucoup de femmes au Dharma, et elle eut de nombreuses disciples.
Dhammadinna
On l’appela la plus grande nonne prêcheuse ; par ses enseigne-ments elle convertit beaucoup de personnes et elle eut beaucoup de disciples et de successeures.
Shakyamouni dit que ses paroles étaient « buddhavacana », des paroles de Bouddha.
Sundarinanda
Une demi-soeur du Bouddha, considérée comme la plus jolie femme de son pays. « Sundari » signifie « beauté ».
Elle rejoignit d’abord la Sangha monastique parce que toute sa famille le faisait : sa mère, Mahaprajapati, son frère, Nanda, et le fils du Bouddha Shakyamou-ni, Rahula. Puis elle devint la plus avancée des nonnes dans la méditation.
(Nous publierons ces noms petit à petit ; et dans le dernier numéro, vous pourrez aussi en trouver la liste complète).
Myoan Grace Schireson.
Elle est la fondatrice de l’Empty Nest Zendo à North Folk, en Californie, et l’auteure de « Zen Women : Beyond Tea-Ladies, Iron Maidens, and Macho Masters ».
Elle a joué un rôle-clé dans l’élaboration de la liste des ancêtres féminines du zen, aux côtés de Jiko Sallie Tisdale, Peter Levitt et Zoketsu Norman Fischer.
Traduction : Jôshin Sensei, Françoise.

निर्वाण La saveur de la Voie

Tout le jourstatue
derrière les portes du zendo
laissant dehors toute trace
de la poussière du monde –
devant les bosquets de bambou
au loin une forêt de pins.
Maintenant que les
grues sauvages se sont
envolées
il ne reste que peu de compagnes –
mais là où s’éclaire l’aube
les pics des sombres montagnes
amassent les nuages –
qui comprend aujourd’hui
la saveur forte et
délicieuse de la Voie ?
Wanxian Daughters of Emptiness. Traduction : Jôshin Sensei