plumeD’un bond
un petit haïku
a sauté dans la paume de ma main
m ‘effleurant  de  mots  vifs
Lumière ronde
Petit écureuil doux
roule
Entre les feuilles d’or
Soleil d’automne
Avec tous les êtres,  je fais le voeu
d’éveiller les enfants à jouir et à s’émerveiller du moment présent.
—————————————————————————————–« La joie », ce mot est écrit dans le dojo de Mons où je pratique depuis bientôt dix ans. »Ensemble dans la joie du Dharma » voilà une formule que Jôshin Sensei prononce souvent.J’avais bien lu « Les perles de joie » écrites par la poétesse Colette Nys Mazure et j’aimais « Jésus que ma joie demeure » de Bach.Mais la « joie » et  « la joie du Dharma » étaient une énigme pour moi toujours si triste. Evidemment tout n’était pas noir dans ma vie mais tout me paraissait si lourd, si difficile.Il m’a fallu beaucoup de temps pour « ressentir » de la joie, pour prendre conscience de moments de lumière présents dans la vie quotidienne.
papillons
En cherchant longuement et grâce à la pratique, j’ai compris ce que pouvait être la joie :
de petits moments fugitifs insaisis-sables mais qui vous traversent et font place à l’émerveillement.
Un sourire partagé avec un enfant ou un adulte, le geste affectueux d’un enfant vers l’un de ses pairs…
L’attention d’une collègue…
La danse de la lumière jouant avec l’ombre…
Ce sont des cadeaux.
Ressentir des choses positives dans un groupe, les verbaliser pour favoriser la prise de conscience est très important.
Cela change complètement la perception de la vie.
J’essaie maintenant de partager des moments de joie lors de mon travail avec des classes en bibliothèque.
Martine