Les Enseignements bouddhiques nous donnent beaucoup d’outils que nous pouvons utiliser, mais cela n’est pas la libération. La libération, c’est quand on commence à laisser aller, quand on commence à libérer le cœur en renonçant à toutes ces choses dans l’esprit qui nous gardent malheureux – la dépression, le désespoir, le manque de confiance, la peur, l’anxiété, etc.
En vieillissant, je vois de plus en plus clairement que la vie humaine est vraiment difficile. Il y a tant de choses à faire, tant de choses dont nous devons nous occuper simplement pour survivre sur le plan physique. Puis nous devons nous occuper des gens ; si vous êtes marié, vous devez vous occuper de votre époux/se, de vos enfants, et du chien, et du chat, et de la maison, et de la voiture, et du compte en banque. Tout ça, ça va. C’est juste que vivre cette vie humaine n’est vraiment pas facile. Ca demande plein d’énergie pour s’occuper de tout. Mais ce n’est pas un obstacle à la libération, forcément. Si vous trouvez que votre vie est compliquée et difficile, ne vous blâmez pas. C’est juste la vie humaine.
Vous vivez une vie humaine, et c’est comme ça.
Vous pouvez faire la paix. Faire la paix avec le fait d’être humain, avec les joies et les difficultés de la vie humaine, et faire grandir la gratitude vers les Enseignements du Bouddha, qui nous permettent de vivre la vie humaine en comprenant qu’elle en vaut la peine. Elle n’a pas besoin d’avoir de sens. Je trouve que c’est un peu difficile de chercher un sens. Nous ne le trouvons jamais. Le sens, c’est la vie elle-même, et d’en faire le meilleur usage possible pendant que nous somme en vie.
Ajahn Sundara. BuddhaDharma Summer 2017
Retour au sommaire