J’ai trouvé dans la revue « Voies de l’Orient » le texte ci-dessous ; j’ai pensé qu’il était intéressant en cette période où vous vous préparez peut être à venir à une retraite (ici appelée session) ,ou bien alors que vous hésitez encore… Il y a des réponses aux questions que l’on peut se poser.                

Et même si tout n’est pas semblable à la pratique de la Demeure sans  Limites, il y a là une réflexion profonde et utile faite par un enseignant.             

Et je crois qu’il profitera également à toutes les personnes ayant déjà fait plusieurs retraites. C’est pourquoi j’ai choisi de le publier en son entier, en une fois.

Jôshin Sensei

. Question : Je suis intéressé par la session proposée en septembre, mais j’aimerais en savoir un peu plus sur le déroulement et l’orientation. À quoi ressemblent les journées, comment cela fonctionne-t-il ? Comment ça se passe ?               

– Je me demande si la dernière partie de votre question – « comment ça se passe ? « – implique une question qui pourrait être : « comment cela se passera-t-il pour moi ? » Et c’est là quelque chose qu’il n’est pas possible de connaître – toutes les promesses, les prédictions qu’on pourrait faire seraient pure spéculation et risqueraient d’être trompeuses. C’est ce que j’ai découvert après avoir participé à beaucoup, beaucoup de retraites : je ne peux pas savoir  comment cela se passe d’un jour ou d’un moment à l’autre – et en ce sens, une retraite est vraiment le miroir de la vie quotidienne ! Sauf que, dans un environnement paisible  et large, je/nous sommes à même de commencer à voir la futilité de nos spéculations et de nos soucis. Nous sommes aussi à même de découvrir la beauté et la joie d’être présent à un moment de vie, juste comme il se déploie.

Au Centre où je travaille et où je dirige des retraites, les personnes expriment souvent un sentiment de satisfaction ou de soulagement aussitôt qu’ils y arrivent. Et pourtant, souvent, les personnes se découragent au fur et à mesure du déroulement de la retraite, car elles remarquent combien la pensée et l’émotion produites par le cerveau/corps peuvent être bruyantes. 

Et puis à nouveau, il arrive que le découragement disparaît et fait place à de l’intérêt – une sorte de curiosité pour tout ce qui est là, pour ce panorama complet de pensées, de sentiments, de sensations corporelles     et pour tout l’environnement. Il se peut alors que nos préoccupations personnelles ne captent plus toute notre attention et il y a de la place pour une brise légère ou le son de la pluie. 

Et une retraite, ce n’est pas seulement s’asseoir. Il y a du temps pour marcher, pour travailler ensemble et parler les uns avec les autres. Si nous commençons à être attentifs à ce que nous faisons, à devenir                   conscients de la sensation et du son de nos pieds pendant que nous marchons, ou de nos mains pendant que nous travaillons, il se produit une ouverture à un monde jusque-là inconnu et nouveau – le monde de l’être-là, dans la fraîcheur et l’innocence. 

Ce ne sont là que quelques aperçus des découvertes faites ici et qui ont été rapportées par d’autres participants à des retraites. Pas seulement lors des retraites – la conscience, l’attention, ce n’est pas juste pendant la retraite, ce n’est pas limité du tout ! Mais c’est ce que moi-même et bien d’autres avons découvert. 
Mésange sur drapeau tibétainParce que ce qu’une retraite offre, c’est si simple, et pourtant si rare :  un environnement paisible et ouvert, sans aucune pression pour qu’on se dépêche ou pour faire quelque chose.

À propos du dokusan (*)

Les rencontres individuelles sont des occasions d’être ensemble et d’explorer des questions, des préoccupations et d’autres choses qui se présentent à nous au cours de la retraite. 

Dans mon souvenir, le dokusan commence traditionnellement par un salut ou une prosternation complète devant le maître. 

Quand on présentait cela comme un moyen d’encourager une humilité sans ego chez le candidat, on peut se demander ce que cette salutation produisait sur le maître. Et peut-être que cela renforce en même temps le sentiment d’une grande séparation entre celui qui cherche et celui qui dispose de quelque chose : une compréhension supérieure, une plus grande profondeur d’illumination… 

Mais, lors du dokusan, le maître doit aussi évaluer le progrès de l’élève et il a la prérogative de renvoyer l’étudiant d’un coup de gong – de mettre fin à la rencontre en faisant sonner  le gong. 

En fixant ainsi une limite temporelle aux rencontres, pour que chacun puisse prendre part, nous n’écartons personne d’un entretien lors des retraites à Springwater. 

Cela mis à part, la question est pour moi : 

« Le dokusan permet-il de se rencontrer – d’approfondir et d’être ensemble comme des amis ? » 

Et de voir comment nous sommes à ce moment précis – ce moment où nous sommes assis ensemble, l’un avec l’autre. 

Si le « maître » est présent, disponible et vivant pour cette tâche, alors il/elle n’a pas besoin de jouer un rôle, d’assumer une position de supériorité.                        

Alors nous pouvons apprendre ensemble ce que c’est que d’être humble, d’être cordial et sérieusement intéressé à un moment de questionnement et de découverte. 

L’ouverture, la présence ne sont la propriété de personne et elles ne peuvent pas être données de la main à la main du maître à l’étudiant. 

Il n’y a rien à donner de la main à la main. 

Et j’ai trouvé, à la fois comme participant à une rencontre et comme organisateur de rencontres, que les rencontres individuelles peuvent être incroyablement sources d’aide – parce qu’elles invitent à la recherche et à la découverte. 

Nous pouvons apporter tout ce que nous souhaitons à une rencontre – une question suscitée par l’assise, par des situations au travail ou à la maison – tout ce qui se présente.  Et nous pouvons voir ce qui survient pour nous, en laissant les questions ouvertes, déployées. 

Souvent, les personnes viennent à la rencontre (le dokusan) sans savoir quoi dire ou qu’apporter, et, de façon assez étonnante, quelque chose émerge, peut-être quelque chose dont nous ne savions pas que c’était là.                  

Ou bien nous pouvons aller plus loin dans quelque chose qui a surgi dans une discussion ou un groupe. 

Une des beautés du travail méditatif est qu’il est sans barrière et sans fond – et il est toujours possible de regarder avec fraîcheur tout ce qui se présente. 

À propos du samou 

• Le but du temps de travail quotidien (samou) n’est-il pas simplement de rendre le coût abordable pour chacun ? 

TenzoJe n’avais jamais pensé à avoir un temps de travail (manuel) afin de maintenir des coûts bas ! Mais c’est une bonne approche et un bénéfice qui vaut la peine, le fait de partager les diverses tâches nécessaires au bon déroulement d’une retraite. 

Travailler ensemble aide aussi à en faire notre retraite, en nous donnant à tous l’occasion de participer et de prendre soin du lieu de retraite et les uns des autres.                 

Mais ce qu’il y a de plus important, pour moi, est que le temps de travail (samou) nous donne un temps pour faire entrer l’attention et la tranquillité (quiet) de la retraite dans nos activités quotidiennes – faire la cuisine, le ménage, nous déplacer et travailler avec conscience. 

Beaucoup de personnes rapportent qu’elles trouvent une harmonie et un rythme authentiques dans leur samou pendant une retraite – avec  le nettoyage des salles de bain, l’épluchage des légumes, laver la vaisselle, rincer des plats pleins de savon et sentir les odeurs et les sons de la cuisine, de la maison où se déroule la session et des jardins.               

En même temps, il peut y avoir une authentique sensibilité/empathie à l’égard des autres. Quand nous n’avons pas à nous engager dans ce que nous appelons une petite conversation, il nous arrive de remarquer une proximité nouvelle qui ne repose pas sur le fait de nous apprécier ou non les uns les autres, ni sur ce que nous faisons – mais seulement être là, ensemble ! 

Dans un moment comme celui-là, travaillons-nous ?  

Peut-être pas, pas au sens habituel (du travail) et pourtant les choses se font d’une manière étonnante. 

C’est bien alors le bénéfice authentique du travail pendant une retraite : nos idées sur le travail et la place du travail changent ; nous découvrons qu’il peut y avoir un shift, une évolution dans notre perception de ce qu’est méditer et de ce qu’est travailler. Nous pouvons trouver qu’il y a une continuité de l’assise silencieuse au travail et au repos. Mais peut-être que « continu » n’est pas le mot exact ; il y a une qualité d’être-là, qui ne tient pas à une posture, à une activité ou à une absence d’activité. 

Les rites et les conditions d’une retraite zen 

• Question : Mon arrière-plan se place dans un entraînement zen plus formel – Wayne Sensei trouvera-t-il incongru que je m’incline en entrant dans le dojo et en venant au dokusan ? 

Absolument pas. Ce qu’on a trouvé ici est que le salut, particulièrement s’il est spontané et fait avec cœur, est une expression merveilleuse d’humilité et de gratitude. 

Si le salut vient d’une habitude ou d’un sentiment compulsif, la compulsion peut-elle se révéler elle-même ? Et il ne s’agit pas de faire un problème du fait de saluer ou non ! 

Est-il possible de voir tout ce qui se donne à voir et se révèle ? – peut-être qu’alors nous pouvons nous incliner, tranquillement, intérieurement ou ouvertement, à la joie de voir – de voir ce qui est ici et comment nous sommes dans ce moment. 

• Question : Si tout est optionnel (à part le temps de travail), est-ce que la retraite ne risque pas d’être perturbée par des personnes qui vont et viennent aux assises comme bon leur semble ? 

Cela n’a pas été mon expérience, mais c’est possible. Il y a, effectivement, une merveilleuse énergie quand nous nous asseyons ensemble sans bouger et tranquillement, en prenant part à l’énergie de ce travail méditatif. 

Tant de personnes rapportent qu’il est beaucoup plus facile de s’asseoir avec d’autres que de s’asseoir seul à la maison.  

Mais je me demande si nous avons besoin de créer cette atmosphère par la force ! 

Peut-être que cela a été utile dans le passé, mais aujourd’hui, il nous est possible de nous rassembler, parce que nous en avons besoin ; parce que, aussi difficile que cela puisse être parfois, on a découvert que l’assise était incroyablement riche et utile. 

Même sans une assise compulsive, on doit se rendre compte ici que la conscience et le silence s’approfondissent au fil de la session.

Et en vérité, la conscience (awareness) ne dépend pas de nos efforts – la conscience ne dépend d’aucune chose et ne peut pas se créer par un effort – nous ne pouvons faire quoi que ce soit pour produire  la conscience.  

C’est étonnant d’ailleurs la façon  dont une retraite s’organise d’elle-même et se déroule par elle-même, comment les choses prennent soin d’elles-mêmes – le va-et-vient, les agitations diverses diminuent et disparaissent. Ceci inclut l’impatience des soi-disant ’autres’ et l’impatience qui se manifeste par cette réaction. Peut- être que dans ce genre d’atmosphère moins contraignante, nous  pourrions véritablement pour la première fois entrer en contact avec notre aspiration à nous distraire et nous divertir. 

Quand personne ne nous dit que faire, nous avons vraiment à nous en occuper nous- mêmes : « Pourquoi suis-je ici ? » et  « quel est mon intérêt dans le travail méditatif ? » S’agit-il seulement de ressentir un peu mieux, de manière plus calme, ou y a-t-il un intérêt profond et durable à découvrir ce qu’est l’enjeu et le sens de cette vie. Et peut-être pouvons-nous être ouverts à la possibilité que nos intérêts et nos questions puissent changer et s’approfondir. Et à mesure que le questionnement se renforce, que   l’intérêt et la curiosité ont le droit de se manifester, alors nous ne pouvons pas être distraits par des allers et venues – et, étonnamment, les allers et venues peuvent se calmer, d’une manière très belle et très simple.        

• Pourquoi la retraite est-elle en silence ? Je souhaite qu’il y ait davantage d’occasions pour parler et discuter de choses, en plus du bref groupe de dialogue et la rencontre individuelle. 

Oui, pourquoi une retraite en silence – pourquoi ne pas parler davantage ? 

Y a-t-il quelque chose de spécial avec le silence et y a-t-il quelque chose de mal à parler ? Est-ce que garder le silence est une manière de s’accrocher à un reliquat de traditions religieuses plus formelles ; des pratiques monastiques et ascétiques ? Je ne suis pas en train d’essayer de faire le malin, mais la première chose à remarquer en abordant cette question, est qu’il y a ici quelque chose d’apaisant, de calme, un climat d’écoute et de silence. Il n’y a pas de désir de défendre ou de maintenir une pratique ou de convaincre qui que ce soit de la vertu de faire retraite en silence. Ce ne serait qu’une réaction mécanique, sans utilité pour aborder une question de manière ouverte et libre. 

Fleur pommierAussi la question qui surgit en entendant la question, c’est de demander, très sérieusement : « qu’est- ce que le silence ? »  À l’instant, alors que j’écris ces mots, il y a la frappe des touches sur le clavier et, pour la personne qui cherche le silence, un certain bourdonnement, un certain tintement dans ses oreilles, et il y a un autre bourdonnement qui vient probablement de la circulation, un peu plus loin – même dans le monde relativement tranquille et solitaire de l’écriture, il y a du son. 

Mais on remarque aussi qu’il y a une tranquillité très palpable, accessible  à la sensation – qu’écrire, le mouvement des doigts (sur le clavier), et que le tap, tap, tap surgit dans un espace vide, un espace où il n’y a ni résistance, ni jugement, ni volonté. 

Et si un jugement survient, cela aussi peut être ressenti et observé dans ce vaste espace.                                      Un des bénéfices qu’il y a à prendre du temps à l’écart de toute conversation, un bénéfice qu’on peut en un premier temps ne pas ressentir comme source de bénéfice, c’est la manière dont nous pouvons commencer à remarquer combien nous sommes ancrés dans nos pensées, nos opinions et nos croyances.              Et nous pouvons remarquer, simplement, quelle quantité de pensées il y a – des torrents parfois !                         Et alors, où est la tranquillité ?  

Ou bien nous croyons que la pensée nous dit que nous sommes perdus sans espoir dans la cacophonie de notre propre pensée. Et cela, comme si la pensée se jugeait elle-même et par là créait de la division et un sentiment de séparation.  

Et au milieu même de l’acte de penser, il peut y avoir un moment d’interrogation, de pause et d’écoute de rien de particulier, ce qui fait que la pensée ralentit et même disparaît pour un moment. 

Et nous pouvons toucher une sorte de silence qui n’exclut pas le bruit ou la parole, qui n’a pas de cause et qui est beau au-delà de tous les mots que nous pourrions utiliser pour le décrire.                                                 Ce silence ne peut pas être produit par des règles ou des interdits. 

Ainsi, encore une fois, la question surgit : Pourquoi faire une retraite en silence (dans un silence relatif), si cette tranquillité plus profonde est sans origine et ne provient pas d’une cause ? 

Nous pourrions dire que la tranquillité liée à l’absence de parole ou à sa diminution est une expression de ce silence plus profond ? Et qu’il peut être tout à fait utile de se reposer en paix ? 

La retraite zen est une sorte de vacance, de prise de distance, un break avec les amabilités conventionnelles de la vie sociale et une occasion de regarder avec quelque profondeur tout ce qui pourrait se montrer. 

Quand nous avons des temps de dialogue et de rencontre, nous sommes capables d’explorer la possibilité de parler et d’écouter à partir de ce bassin de silence. 

Il y avait autrefois un moine de la  tradition du bouddhisme zen qui demandait à son maître de « dire quelque chose au-delà des mots et du silence ». 

Avons-nous besoin de faire cette distinction? Pouvons-nous parler librement, spontanément, à partir de la vaste vacuité sans image et sans rien à défendre ? 

Peut-être devenons-nous nerveux si les choses sont trop tranquilles. J’ai parfois remarqué que, lorsqu’on arrive à un certain stade, qu’il y a un éveil, il peut y avoir un peu d’appréhension.                                               Nous avons appris à nous méfier de la tranquillité et donc à remplir les espaces vides avec divers bavardages, avec des histoires et des commentaires. Mais si nous nous autorisons nous-mêmes à faire un peu l’expérience  du silence, nous nous rendrons sans doute compte qu’il n’y a pas de quoi avoir peur ! 

Tout est là, déjà là, et le besoin de nous rassurer avec des commentaires peut disparaître. Il y a une beauté et une joie étonnantes – un amour étonnant – dans le fait de se tenir en silence, d’être avec ce qui est là – en n’étant pas sur nos gardes, en étant réceptifs. Est-ce quelque chose dont il vaut la peine de faire l’expérience ?   

Je ne fais ni recommandations ni promesses, mais je sens que, oui, cela vaut vraiment la peine de prendre un moment pour être simplement là, dans le calme et la tranquillité. Le silence n’est ni un accomplissement ni un but. Le silence se manifeste quand le combat et l’effort se relâchent, quand l’univers qu’est la retraite zen, qui est moi-même, commence à révéler sa nature essentielle, paisible. 

Wayne Coger Traduction : Françoise Vinel.  Nous remercions la revue suédoise Zenvagen pour cet article paru dans le n° 145, en juin 2015, sous le titre Wayne Coger, Retreat Questions,  par Per Nyfelt. 

Reproduit du bulletin « Voies de l’Orient » avec leur autorisation.

(*) Le Dokusan est une rencontre plutôt formelle entre l’enseignant et l’étudiant.                                          Cette rencontre est plus informelle dans le Soto Zen, mais il y a toujours des moments de questionnement et d’échange.