RengetsuEnfant illégitime d’une geisha et d’un samourai, elle fut adoptée par un prêtre dans un temple. En tant que femme, elle ne pouvait pas hériter du temple, mais elle reçut une très bonne formation dans l’étude des soutras comme en calligraphie, poterie et jujitsu. Elle entra à la cour, mais demanda à la quitter pour rejoindre un monastère. Là, on la refusa à cause de sa beauté, alors elle se marqua le visage avec une grille de fer brûlante, la grille d’un « hibachi », renonçant à sa féminité  pour être reçue au monastère. 

Le poète Fujiwara Toju composa ceci sur elle : « Il y a une nonne qui passe ses jours tranquillement au pied du Mt Hiei, entourée de verdure. Les flots de la rivière Kamo purifient son coeur. Elle creuse l’argile de ses bords, la mêle à l’eau et crée de nombreuses poteries dont la vente lui permet de vivre.                                                                                              Son nom de nonne est « Rengetsu », « Lune du lotus ». 

Bol à thé

Bien qu’elle reste dans l’ombre, tant de personnes viennent lui rendre visite qu’elle recherche sans cesse des abris de plus en plus éloignés du monde. (…) »  

Et plus tard : « Je ne voulais pas que ses oeuvres soient oubliées, aussi lui rendis-je visite dans sa petite cabane près de Saga pour discuter de l’édition de ses poèmes. Elle n’était plus qu’un tas d’os, pliée en deux, mais son visage était toujours éclatant.                                                                                                                                          Elle avait passé plus de quarante ans à créer de belles choses, sa vie avait été bien remplie… 

Coeur

Dérivant                                 

comme les nuages blancs

du début à la fin-

une chose bien mystérieuse,

ce coeur. 

Rengetsu