Lotus-vignetteFélicitations Joshin San, félicitations Jokei San, et félicitations à tous les membres de votre Sangha qui soutiennent La Demeure sans Limites.

Votre contribution et votre enthousiasme ont porté leurs fruits jusqu’à cet événement auspicieux aujourd’hui.

Jokei San a été ordonnée en 1999 et est venue en formation au Nisodo au Japan à quatre reprises. La quatrième fois elle est restée plus de deux ans. Pendant cette période elle s’est fait beaucoup d’amies parmi les nonnes. Celles-ci voulaient prendre part à cette cérémonie, mais malheureusement, les circonstances les en ont empêchées. Elles m’ont demandé de transmettre à tous leurs félicitations.
J’aimerais saisir cette occasion pour donner un bref enseignement.

Kodo Sawaki Roshi, le célèbre moine japonais qui était l’enseignant de Maître Deshimaru à dit : « Vivre une véritable vie religieuse veut dire laisser le Bouddha vous guider à chaque instant de votre vie, et dans tous les aspects de votre vie » . 

Ce sont les premiers mots qu’il m’a transmis la première fois que je l’ai rencontré. A cette époque j’avais quinze ans et je venais de rentrer au temple de formation du Nisodo à Nagoya après mon ordination.

« Dans tous les aspects de votre vie », cela veut dire tous les moments compris dans les 24h. 

Par ces mots, il voulait dire que nous devons faire passer le Bouddha en premier, et non pas notre moi egocentrique. Nous devons choisir une vie qui est en accord avec le Bouddha.Tête-bouddha

Un jour, le disciple de Kodo Sawaki Roshi, Kosho Uchiyama Roshi, enseigna dans un séminaire chrétien. Il exprima une idée similaire à celle de Kodo Sawaki Roshi mais de façon différente. Il dit : « Vous tuez votre égoïsme sur la croix et naissez comme le fidèle serviteur de Dieu ». Est-ce que c’est facile à comprendre ? C’est le principe de la pratique Zen, marcher la Voie du Dharma sans égocentrisme.

J’ai appris qu’à la Demeure sans Limites vous cousez votre propre rakusu et recevez un nom du Dharma et que vous le portez en zazen. C’est pourquoi je voudrais dire quelques mots sur ce nom du Dharma.

Un jour, alors que j’étais dans un taxi au Japon, le chauffeur me demanda ce que voulait dire recevoir un nom du Dharma. Il savait que les gens pouvait recevoir un nom du Dharma à l’occasion de la cérémonie en même temps que les préceptes.

Voici ce que je lui répondis :

“ Je ne conduis pas de voiture, aussi  je m’assois toujours sur le siège passager pendant que mes disciples me conduisent. Mon temple est situé en pleine campagne et le paysage est magnifique. Au Japon, on compare souvent notre village à la Suisse parce qu’il est entouré de montagnes. Aussi quand les fleurs éclosent à la bonne saison, je demande qu’on arrête la voiture pour admirer la vue. 

Ou bien parfois je suis pressée et je veux que ma disciple passe au feu rouge afin de ne pas manquer mon train. Mais si je mettais tous mes désirs en pratique, on aurait un accident. En reconnaissant mon égoïsme, je mets mes désirs de côté et je suis les règles de circulation. 

Rakusu-coutureQuand nous conduisons une voiture appelée « je » dans notre vie quotidienne, nous avons besoin de directives appelées « les règles de l’Univers ». Ces directives s’appellent « Les préceptes du Bouddha ». Nous apprenons le code de la route pour pouvoir conduire une voiture, de même nous devons d’abord apprendre les règles de Vie avec un grand V. en tant que « Règles de l’Univers » et comment nous sommes supposés nous comporter et vivre. 

La vie que nous avons à cet instant est la seule que nous ayons. Quand nous comprenons cette Règle avec un grand R. et que nous décidons de la suivre sans faire d’abord passer notre égoïsme, une fois que cette décision est prise, alors nous recevons un nom de Dharma, c’est comme une confirmation. 

C’est pour cela que vous ne recevez pas un nom du Dharma après votre mort mais quand vous êtes encore capable d’entendre les enseignements et que vous pouvez les mettre en pratique. Alors dès le lever, vous faites le vœu de passer cette précieuse journée de façon bénéfique pour votre nom du Dharma. Et vous terminez, en soirée, en examinant votre journée : est-ce que j’ai vécu cette journée dans mon  nom du Dharma ?

J’ai entendu dire qu’ici, il fait très froid en hiver avec beaucoup de neige. Maître Dôgen aussi a passé les dix dernières années de sa vie dans une région où il y avait beaucoup de neige – Eiheiji – et il transmettait l’enseignement pur du Dharma. Maître Dôgen n’était pas intéressé par les divisions sectaires. Il vivait avec la conviction qu’il suivait toujours ce que le Bouddha Shakyamuni avait enseigné. Autrement, cet enseignement n’aurait pas pu se répandre à travers le monde ni toucher les générations futures.

J’espère de tout mon coeur que la Demeure sans Limites – Hokaiji – va continuer, comme elle le fait depuis 25 ans, à répandre ce pur Dharma dans le monde.

Merci beaucoup. Aoyama Shundo Roshi

Dans la première partie, c’est Joshin Sensei, fondatrice de ce temple et première abbesse, qui est la Doshi, c’est à dire l’officiante. Elle lira le poème d’ouverture, puis elle fera des offrandes sur l’autel :  encens, thé, eau pure pour remercier les Bouddhas et tous les êtres qui ont soutenu ses 25 années de présence. 

Elle lira ensuite un texte de remerciements. 

Deuxième partie : nous recevons ensuite Shojou Sensei, fondatrice du Zendo de l’Eau Vive. Shoju Sensei  a beaucoup de liens avec La Demeure sans Limites, elle y est venue alors qu’elle et Jokei Sensei étaient encore laïques, et elle a passé six mois au Nissodo auprès d’Aoyama Roshi. 

Cette deuxième partie est faite pour placer l’entrée en fonction de la nouvelle abbesse sous de bons auspices, afin que toutes les conditions lui soient favorables.