Dans les Jatakas qui décrivent les vies du Bouddha avant son éveil, il naît souvent sous la forme d’un animal et dans beaucoup de ces contes, le Bouddha sacrifie sa vie d’animal « peu important», par ex, en offrant son corps de lapin à une tigresse afin qu’elle puisse nourrir ses petits. Ces contes récusent la dualité généralement assumée entre « humain » et «  nature » – comme si nous n’étions pas partie de cette nature ! Ils suggèrent que le bien-être de chacun, aussi insignifiant qu’il puisse nous sembler, est spirituellement important et mérite notre attention et notre soin. Dans les Jatakas,  tous les êtres sont capables de ressentir de la compassion pour les autres et d’agir généreusement pour les aider à apaiser leurs souffrances. Contrastant avec la théorie darwinienne de « la survie du plus fort », qui justifie souvent notre exploitation des autres espèces, ces histoires nous offrent une vision de la vie dans laquelle tout est relié, tout est partie du même réseau de vie, et par conséquent tout est « inter-responsable », càd chacun est responsable de chacun.

Cette compassion ne se limite pas au royaume animal. Si l’on en croit le récit de sa vie, le Bouddha est né sous un arbre, a médité sous les arbres, s’est éveillé sous un arbre, a souvent enseigné sous les arbres, et il est entré dans le Parinirvana abrité par deux arbres. Il n’est pas surprenant alors qu’il offre sa gratitude aux arbres et aux plantes, souvenons-nous qu’il a reçu une brassée d’herbe pour s’asseoir sous l’Arbre de la Bodhi.

Plus tard, certaines écoles ont dénié que les plantes soient des êtres sensibles, mais le canon pâli est plus ambigu. Dans un sutra, l’esprit d’un arbre apparaît en rêve au Bouddha  pour se plaindre que l’arbre ait été abattu par par un moine. Le matin suivant, le Bouddha interdit aux personnes de la Sangha de couper des arbres. Les bikkhus et bikkhunis n’ont toujours  pas le droit de couper de branches, de cueillir des fleurs, ni même de prélever les feuilles d’une plante. Qu’aurait dit le Bouddha de la destruction injustifiée de tout un écosystème ?  

Healing Ecology David Loy Trad Joshin Sensei