P1010514 - copie 2Ce que « partir comme en exil » m’a évoqué : les migrants que nous avons accueillis. Ils ont de tout petits sacs à dos qui contiennent toute leur vie !  Et encore, ce sont souvent des choses données par d’autres, parce qu’eux-mêmes ont tout perdu.

Comment font-ils ? Ils se débrouillent !
Ils sont plein de rêves et d’envies, bien sûr, mais leur plus grande préoccupation ici et maintenant est de rester en vie.
C’est une grande leçon.
Sans tomber dans cet extrême, je me dis qu’il faut vraiment très peu pour vivre – et même, on se rend compte, à travers leur regard, de l’absurdité de certaines choses.

(Françoise)

Dans ma valise :
3 livres, des vêtements, un rakusu, de l’encens, un appareil photo, et bien sûr, ce qui fausse tout, un ordinateur (qui contient bien plus que dix valises !)

(Laurent)

Un sac que je peux porter aussi loin que je vais. Un / des récipient(s) pour boire et manger (les bols), un couteau, des couverts, des ciseaux, un peigne ou une brosse, une brosse à dents, de quoi me vêtir et me changer au minimum, un savon, du dentifrice, une serviette, un nécessaire à couture, un téléphone et son chargeur si je peux, mes papiers d’identité, de l’argent, mon Rakusu, des Sutras, une image de Bouddha, de Kannon, quelques photos (enfants/petits enfants), de quoi écrire/dessiner.

(Anne)

bazar3 copieCette retraite m’a permis déjà de voir, de prendre conscience de m’interroger et de commencer à me mettre en action.
Le bazar est très présent dans ma vie depuis… longtemps. C’est quelque chose qui m’encombre beaucoup la tête, vampirise mon énergie mais qu’il est difficile pour moi de dépasser surtout avec 3 enfants à la maison !!!    Je ne leur ai pas vraiment montré l’exemple, il faut le dire !

Quand je rentre de retraite, un vent de samou souffle dans ma maison, rangement, nettoyage, cuisine qui s’estompe un peu au fil des semaines. Cette retraite l’a prolongé dans le temps et plus en profondeur.

Marylise

Et vous ?

Moins d’internet, radio, moins de lectures futiles, moins d’affaires inutiles, plus de rangement,         plus de pausing, plus de sourires.

(Jean-François)

Moins d’utilisation d’ordinateur et internet, de temps gaspillé, de mauvaise humeur, de choses à finir ou à ranger demain, d’exigence des autres.
Plus de pauses, de lectures, de concentration et d’attention, de sommeil, d’acceptation, des autres et de moi-même. (Laurent)

Moins de repli, plus d’ouverture ; moins de distraction, plus de présence ; moins de volonté de tout maitriser, plus de confiance ; moins de préoccupations inutiles, plus de légèreté ; moins de routine, plus d’aventure. (Françoise)

Moins de… livres, chaussures, gadgets en tout genre, montres, médicaments.
Plus de… papier pour écrire, photos, vêtements adaptés.

(Jean-Christophe)