dc.shambala

2. Que répondez-vous quand on vous souhaite « Joyeux Noël » ?  aux personnes un peu plus loin ? À celles qui connaissent votre engagement ?

-Je réponds par un sourire.
– Si les personnes sont seules, je vais surtout m’inquiéter de savoir ce qu’elles vont faire ce soir-là, et les inviter à rejoindre le petit groupe d’amis solitaires avec   qui j’ai pris l’habitude de passer ce moment.

– Aux personnes plus éloignées, je souhaite une période de partage, de sérénité, de joie et de solidarité. Aux personnes  plus proches aussi, mais d’une manière plus personnelle avec la pratique qui va avec.  Aux personnes plus proches, je parle de ma pratique de méditation quotidienne et du bienfait d’une retraite en silence et en méditation surtout dans cette période très agitée (dans le monde extérieur en tout cas) avec beaucoup de dérives si on n’y prend pas garde.
– Les personnes qui connaissent mon engagement ne le considèrent pas comme « religieux » mais « philosophique » et ne sont plus véritablement chrétiennes pratiquantes. Par ailleurs, les fêtes de Noel sont vues par ces personnes comme indispensables pour les retrouvailles familiales et pour pratiquer des « rituels » finalement dépourvus de connotations religieuses.
Dans ce contexte j’exprime des intentions amicales ou affectueuses sans que mon appartenance à cette culture occidentale ne s’oppose à mon engagement bouddhiste.

gokuroki mukashi copieL’histoire de l’occident est liée a celle du christianisme et est parvenue précisément aujourd’hui à l’idée de la laïcité grâce à laquelle il est possible d’éviter les conflits intérieurs ou conflits sociaux d’autrefois.

– Pour moi c’est une attention bienveillante, donc j’y suis sensible. De plus, je suis imprégnée par une culture chrétienne et suis assez consciente d’en être encore influencée, ne serait-ce qu’inconsciemment.                  Le message de Jésus est un message d’amour et j’y crois. La manière avec laquelle l’église, celle que je connais tout au moins, a traité le message de Jésus, ne m’inspire en rien. Je me sens bien plus proche et en adéquation avec la voie du bouddhisme, vos enseigne-ments et avec la Sangha.    C’est là que je trouve ma place. Ensuite, je pense que Jésus a existé et a été un enseignant lui aussi. Chacun-e a une sensibilité différente qui va  le/la guider vers un enseigne-ment approprié. Tant que cette recherche est dirigée vers l’inclusivité, la bienveil-lance, la conscience, alors l’enseignement s’y référant est valable.

dc.shambala

– « Merci, et joyeux Noël à vous aussi », tout simplement. Car je pense que la plupart font référence à l’aspect « laïque » des fêtes de noël. Fête familiale où l’on s’offre des cadeaux et où nous prenons plaisir à voir le regard émerveillé des enfants qui croient encore au Père Noël.

J’ai tendance à jouer le jeu, je réponds poliment et c’est pour moi, la seule façon de partager un moment souhaité comme joyeux, même s’il est superficiel ! Je le respecte.

Aux personnes qui connaissent mon engagement, sauf si je suis en famille, je dis que je ferai une méditation  jusqu’à minuit en lien avec la Sangha, pour tous les êtres, pour la paix de tous ceux qui font la fête ! Cette méditation est le temps le plus paisible que je connaisse à Noël.

gokuroki mukashi copie

– A ceux qui me disent Joyeux Noël, je souhaite de tout cœur qu’ils soient heureux et en paix.
Le temps de Noël me fait éprouver profondément l’impermanence et le vide intime, profond laissé par la mort de  ceux que j’ai aimés. Mon cadeau à mes enfants et petits-enfants est de ne pas faire part de cette tristesse et de me réjouir du présent avec eux.