Question : Comment comprendre le karma ? Est-ce une punition ? Est-ce que si nous souffrons dans cette vie, c’est parce que nous avons fait du mal dans une vie passée ?

temple-cerisier-vignetteNarayan Liebenson Grady : Trop souvent, le concept de karma a été mal compris ou détourné dans notre culture, même dans les cercles spirituels.
Nous pouvons faire appel à la notion de karma pour nous punir nous-mêmes ou pour punir d’autres personnes, ou pour ignorer la souffrance ô combien réelle que nous mêmes et d’autres éprouvons.

Par exemple nous pouvons nous servir de la notion de karma comme châtiment expliquant ainsi pourquoi une personne voit sa vie menacée par une grave maladie, est tuée dans un accident de voiture, perd un conjoint, ou perd son travail. Il s’agit là d’une simplification abusive d’un concept ancien et profond.

voeuLes effets du karma ne peuvent pas être appréhendés de manière intellectuelle ni à travers la simple logique ou la raison.
Le Bouddha a dit que le karma était un impondérable (en Pali : acinteyya) et que seul un bouddha pouvait distinguer clairement la complexité et la subtilité d’une conséquence donnée.
Ajahn Chah l’a exprimé en des termes plus abrupts en disant que si on commence à penser l’impensable, l’esprit explosera.
En tant que pratiquants du dharma nous devons retenir le concept de karma de la manière la plus étendue possible, reconnaissant que tous nous avons été engagés à la fois dans de bonnes actions et dans de mauvaises.

Après tout, l’important dans la pratique bouddhiste n’est pas de juger mais de cultiver la sagesse et la compassion et de se défaire des poisons du coeur que sont l’avidité, la colère et l’ignorance.
Il est clair que réagir par le blâme et l’indifférence à la souffrance fait partie de ces poisons.

Une façon de se relier au concept de karma est de comprendre que la vie se déroule suivant certaines lois. Aucun cerisier ne poussera à partir d’un pépin de pomme.

Reconnaître que les choses ne se produisent pas au hasard peut nous aider à développer          l’équanimité quand nous sommes dans une situation difficile.
L’équanimité nous permet de rester en équilibre et stables face à la souffrance, nous aidant à manoeuvrer dans les conditions telles qu’elles se présentent au lieu de réagir par le reproche ou la haine. Et cette équanimité nous permet d’ouvrir nos coeurs à la souffrance plutôt que de  réagir par le rejet ou l’indifférence.

Vouloir développer davantage de compassion est certes un noble sentiment, mais en l’absence d’équanimité, une compassion authentique n’est pas possible.

Le fait est que les choses ne sont pas comme elles devraient être mais plutôt telles qu’elles sont vraiment.

Voir que les choses obéissent à des lois ne signifie pas que nous acceptons l’inacceptable. Utiliser le concept de karma pour blâmer ceux qui font l’objet d’une injustice, par exemple, me semble être une manière de justifier des  situations qui sont inacceptables et d’éviter d’endosser la responsabilité des choses telles qu’elles sont.

Le Bouddha a appelé le karma “lumière du monde”, parce qu’il éclaire le chemin. Réfléchir sur le karma peut vraiment aider chacun à s’assumer. Cela peut nous aider à comprendre que nos pensées et nos actes ont des conséquences et qu’en pratiquant la pleine conscience, nous nous protégeons et nous protégeons les autres du mal.

Ceci nous permet de suivre le chemin de la sagesse, en faisant avec joie ce qui est bon et en évitant ce qui est nocif. C’est ainsi que nous pouvons ressentir que toutes les choses sont interdépendantes, que nous ne sommes pas séparés. Cette compréhension de la non séparation mène à la compassion.

temple-cerisier-vignette

Blanche Hartman : Je suis d’accord avec le fait qu’une personne imbue d’elle-même pourrait mal interpréter l’enseignement sur la cause et l’effet et donc blâmer les autres pour leur souffrance et refuser de les aider. Moi-même, je me suis souvent demandé comment j’avais pu avoir autant de chance dans la vie alors que d’autres vies en semblaient dépourvues.

La première fois que j’ai entendu les bouddhistes enseigner que les actes d’une vie antérieure (karma) pouvaient avoir des conséquences (vipaka) sur notre vie actuelle,
j’ai trouvé les différences observées moins injustes.

Il est évident qu’une telle interprétation pourrait servir à éviter d’aider quelqu’un qui souffre.
Cependant, dans le contexte de l’enseignement du Bouddha, libérer tous les êtres de la souffrance est la base véritable de la voie du bodhisattva.

Donc ignorer la souffrance d’un être sous prétexte que sa souffrance d’aujourd’hui peut être la conséquence d’actes antérieurs du corps, de la parole ou de l’esprit, ayant leur origine dans l’ignorance ou dans les trois poisons que sont l’avidité, la colère et l’ignorance, est un acte dont les conséquences aussi peuvent être malheureuses parce que cette réponse est dénuée de compassion.

Selon notre enseignement, le karma (acte de la volonté) produit toujours une conséquence dans cette vie ou dans la suivante ou encore dans celle d’après, cet enseignement nous rappelle avec force que nous sommes tous responsables de nos actes et que nous avons besoin d’être éveillés pour choisir avec discernement nos actes.

Les préceptes spécifiques, ou solennels  (ne pas tuer, ne rien prendre qui ne vous soit donné, ne pas avoir une conduite sexuelle incorrecte, ne pas mentir, ne pas consommer ou donner à d’autres de nourriture ou de boisson qui peuvent intoxiquer le corps ou l’esprit, ne pas parler des erreurs des autres, ne pas tirer vanité des compliments ou des éloges d’autrui, ne pas être avide,
ne pas donner prise à la colère, et ne pas médire des Trois Trésors que sont le Bouddha, le Dharma et la Sangha) nous rappellent les aspects de la vie dans lesquels une grande souffrance peut résulter d’actes commis sans discernement.
Ces préceptes nous rappellent qu’il nous faut être pleinement éveillés dans ces aspects de notre vie afin de ne pas causer de souffrance.
C’est ainsi que la bodhicitta, l’esprit d’éveil correspond à un élan altruiste vers l’éveil, pour voir les choses telles qu’elles sont, et ainsi choisir avec discernement afin de pouvoir libérer tous les êtres de la souffrance.
C’est là que réside la base des vœux du bodhisattva :

Aussi innombrables que soient les êtres, (je) fais voeu de m’éveiller avec eux.
Aussi inépuisables que soient les illusions, (je) fais voeu de les faire disparaître toutes.
Les portes du Dharma sont sans fin, (je) fais voeu de les franchir.
La voie du Bouddha est insurpassable, (je) fais voeu de la suivre.

Les « je »  sont entre parenthèses parce que notre grammaire a besoin d’un sujet pour le verbe “fais vœu” mais en réalité, les vœux du bodhisattva  découlent de la prise de conscience de la non-dualité de soi et d’autrui.

C’est la sagesse qui permet de comprendre que soi et l’autre ne sont pas deux.                         Dans l’enseignement du Bouddha, la sagesse et la compassion sont des vertus révérées que nous aspirons à cultiver dans notre pratique. Comprendre que nous n’existons pas comme entité séparée et permanente, mais apparaissons, nous nous manifestons à chaque instant en fonction des causes et des conditions de cet instant (en Sanscrit : pratitya samutpada : le fait d’apparaître de manière interdépendante) que nous sommes connectés de manière inextricable, imbriqués et interdépendants de tous les êtres, est la sagesse qui sous-tend la compassion.

Quand nous prenons conscience de la souffrance qui nous entoure, l’expérience de notre
propre souffrance renforce la compréhension de notre “inter-être” avec tout ce qui existe.

Buddhadarma