Lanterne-rouge

Arrivé à l’âge adulte nous avons en général amassé dans nos vies tout un tas de choses plutôt inutiles ou encombrantes, à la fois sur le plan matériel et non-matériel. Qu’avez-vous amassé ?

La vie monastique est organisée pour que seul l’essentiel demeure : de quoi se nourrir, un endroit pour dormir, une communauté, une pratique. C’est peut-être un peu extrême et ne conviendra pas à tout le monde, mais c’est l’idée qui est importante : ôter de votre vie tout ce qui n’est pas essentiel.

Essentiel à quoi ? A votre bien-être et à celui des autres. Par où commencer ? Comment décider de ce qui est essentiel et de ce qui ne l’est pas ? La meilleure façon est sans doute de vous demander devant chaque objet si vous l’avez utilisé ou quel est son but.

A partir de là, ça devient plus difficile, mais la question de base reste simple : est-ce que « cela » contribue à mon bien être ou à celui des autres autour de moi ? Si vous n’êtes pas sûr, c’est peut-être quelque chose qui non seulement ne sert à rien, mais fait de l’ombre aux choses importantes qui devraient briller dans votre vie.

Vous pouvez prendre la question par l’autre bout : si je devais vivre avec très peu de choses, que choisirais-je ?

Ma réponse a été : ma famille, ma pratique, mon blog où je partage ma pratique, un ordinateur portable pour ce blog uniquement, mon smartphone pour communiquer avec ma famille, ma maison, la nourriture, un ensemble de vêtements de base.

Essayez de vous poser la question plusieurs fois, le temps de voir si ce que vous avez considéré comme essentiel l’est finalement vraiment…

Et de là, regardez votre vie : qu’y a-t-il dedans aujourd’hui qui n’est pas dans votre liste ? Pourquoi n’avez-vous pas inclus cette /ces choses ? Est-ce que vous auriez plus de temps pour vous occuper de ce qui est important si vous les abandonniez…

Bonne année !

Matt Valentine https://buddhaimonia.com/blog/be-like-a-zen-monk