Warajis1Les chaussures traditionnelles que nous portions au temple de Zuigakuin lorsque nous allions recueillir des aumônes.

Des warajis tout au long de ce numéro pour ne pas oublier que, pour nous, pratiquant.es de la Voie, aider, c’est d’abord prendre le vœu d’aider tous les êtres à entrer dans la paix et à être libérés de dukkha.

Pour ne pas oublier que, comme le dit Maître Dogen, lorsqu’une seule personne fait zazen, c’est l’univers entier qui fait zazen. Que c’est parce que nous croyons à cela que nous devenons des nonnes et des moines.

Joshin Sensei

« Comment conserver et nourrir cette relation avec de l’espace, être relié mais sans être trop attaché, être capable de bouger – voilà le problème.
Une personne de la Sangha est comme un oiseau migrateur.
Même dans la tempête, l’oiseau migrateur peut voler.
Où ce vol nous emporte-t-il ?
Pourquoi pratiquons-nous ? Pour nous asseoir ensemble sans parler, comme autant de petits avions décollant et atterrissant ensemble, au même moment, au même endroit, nous sommes comme ces oiseaux migrateurs ».

Kobun Chino Buddhadharma
Traduction : Joshin Sensei