Les myriades de dharmas

Tête bouddha ficus 2« A ce moment chaque chose de l’univers dans les dix directions – la boue, la terre, et l’herbe ; les haies, les tuiles et les cailloux – accomplissent le travail de Bouddha…

L’herbe, les arbres, la boue, la terre traversés et guidés par cette influence, tous irradient la grande lumière, et prêchent sans fin le Dharma beau et profond  ;

L’herbe, les arbres, les haies et les murs deviennent capables de   prêcher le dharma pour tous les êtres, gens du commun ou bodhisattvas, et de même tous les êtres, gens du commun ou bodhisattvas prêchent le dharma aux arbres, eux haies, à l’herbe, et aux murs » Bendowa

En d’autres termes, le Dharma est enseigné par toutes les choses, et par chaque chose, parce que nous sommes des êtres doués de forme et qu’ils peuvent nous parler direc-tement à travers nos sens et notre corps qui est formé par les mêmes éléments. 

Et pourtant nous ne reconnaissons pas cet enseignement du Dharma,  ce rayonnement de la Nature de Bouddha, à cause de l’obscurcis-sement de notre corps-esprit qui nous fait voir l’herbe, les arbres,           la terre, les haies et les murs comme des « objets ». 

Mais les myriades de choses ne peuvent nous apparaître dans leur non-forme, dans leur sans-limite, ou manque de substance propre, que si nous nettoyons le miroir de notre corps-esprit.  

Alors, l’expérience que nous avons du monde en est transformée :  «  Le monde de la conscience, et le monde de la conscience des objets ne manquent de rien – ces deux mondes sont déjà remplis de la    forme concrète de la véritable expérience. Cet état normal de l’expérience, lorsque nous l’avons pénétré, ne permet aucun moment creux.  

Zazen, même si ce n’est qu’un seul être humain assis pour un seul moment, entre alors dans une coopération mystique avec tous les dharmas et pénètrent les trois temps, du passé, du présent et du futur. 

Engaging Dogen’ s Zen                    Glen A. Mazis

Traduction : Jôshin Sensei

Livres pour cet été : 

 

L’été sera anglophone… je n’ai pas beaucoup de livres à proposer en français, mais quand même, d’abord celui-ci, important et passionnant : 

La toute récente traduction 

du Parinirvana Sutra, avec des notes et … 

le texte chinois ! 

 

En anglais, un livre sur Enku, 

avec photos de sculptures et poèmes waka, 

textes en anglais… et en japonais :

A propos du moine Enku , moine errant, 

artiste du 17ème siècle, 

le Maître contemporain Hasegawa écrit :

« Quand vous regardez le sourire des Bouddhas faits par Enku, vous êtes empli d’une joie inexplicable : vous vous sentez heureux, vous souriez       à votre tour, et les personnes autour de vous se mettent à sourire… Depuis plus de 300 ans, ces Bouddhas ont aidé de nombreuses personnes, et on se recueille encore devant eux aujourd’hui, dans beaucoup de petits temples situés hors des sentiers battus… »

Enku fabriquait des Bouddhas en bois, il soignait les gens avec des herbes médicinales, il faisait tomber la pluie, aussi, pour les villageois en appelant le roi des dragons…

« Merveille…

le sommet des montagnes, la forêt profonde,                                                 

les arbres, les herbes ;

ces cèdres que je vois ici

je vais les transformer                                                                             

  en statues de Bouddha… »

 

«  Joie…                                                                    je l’enveloppe 

                                                                                         dans la manche de ma robe de moine

                                                                                 joie suspendue, manche pleine, pleine, pleine,          

                                                                                                                   de joie ».

 

Et ce livre ira très bien avec Lif22e and Death, 

Poèmes de Uchiyama Roshi, illustré avec des diverses photos, dont des Bouddhas sculptés de Enku.

( Dogen Institute fait partie du Temple  Sanshinji d’Okumura Roshi ).

En français, un livre érudit, une étude d’Edo, de la culture japonaise, à travers l’itinéraire spirituel d’un moine qui vendait du thé à la fois pour « se retirer du monde » et échanger avec tous ceux qui viennent  dans sa boutique. Avec une étude sur l’excentricité,  qui semble bien passionner l’auteur, conférencier et écrivain. 

«  Composé sur mon fourreau à oboles :        

En tout lieu j’ouvre mon échoppe à thé

Une tasse vous coûtera un sou !

Toute ma vie se trouve dans celle-ci.
Famine ? Abondance ? Le ciel décide. 

Le thé infuse, chaque jour, sa plainte tel le vent dans les pins,

Eveil au chemin qui relie les hommes et immortels.
A qui voudrait savoir les vraies subtilités de Lu Tong, 

Incline d’abord ta bourse et mets l’argent dans mon  fourreau !  »    

Deux publications nouvelles :

Une traduction d’un chapitre du Shobogenzo :  Sansuikyo, avec commentaires d’Okumura Roshi, et une collection d’essais de ses disciples sur la Voie du bodhisattva au 21ème siècle.

  

Deux livres en français que vous avez sans doute déjà : 

Le livre d’Aoyama Roshi, traduit par Jokei Sensei et Akiko Murayama , 

« Une vie de nonne zen » éditions Sully 

                                                                               Et une lecture-promenade dans Maître Dogen,

                                                                                Genjokoan

Vous pouvez trouver les livres en anglais sur Amazon… 

                               ceux en français chez votre libraire !

 

Et aussi :

« Osons la fraternité, les écrivains aux côtés des migrants » éditions Philippe Rey : 30 textes d’auteurs – dont Tahar Ben Jelloun, Patrick Lamoiseau, Ananda Devi, Le Clézio, J. Rouaud… Les droits sont reversés au Gisti : Groupe d’Information et de Soutien aux Immigrés.

 

Pourquoi pas une BD…

Durant l’été 2017, Baudoin et Troubs sont allés à la rencontre du collectif Roya citoyenne, qui vient en aide aux migrants tentant de passer la frontière. « Humains, la Roya est un fleuve » rappelle que derrière les « flux migratoires », existent en fait de précieuses vies humaines. 

Proposé par Françoise : Thich Nhat Hanh nous offre sa vision saisissante du futur de notre planète. Il nous rappelle avec éloquence qu’être vivant est à la fois une bénédiction et un honneur dont nous devons être dignes…

 

 Pour les enfants (et aussi les grands !)

             proposé par Françoise aussi !