Folio 13 verso, une représentation de la déesse Prajñāpāramita

J’aimerais essayer de dire comment ma perception de cette période de « confinement » a changé au fil des jours, encadrée par les zazen du matin et du soir, stimulée par la cérémonie et l’enseignement de chaque matin, et la rencontre du samedi: je suis étonné, pour ne pas dire plus, de m’y être senti de plus en plus libre, et bien plus qu’à l’ordinaire – pas tant par mon emploi du temps (je pouvais que par une liberté d’esprit lequel s’engluait beaucoup moins dans les actions, les attentes, les calculs quotidiens que j’avais trop tendance à prendre pour le réel. La situation dans laquelle nous étions plongés m’y aidait peut-être aussi avec son incertitude que ne parvenaient plus à masquer les « informations » aussi multiples que fragiles et changeantes. Et me revient cette phrase de Shi-Tou que Joshin Sensei nous avait offert naguère au moment des attentats terroristes : « Votre esprit est absolument tranquille et absolument complet. Et sa possibilité de répondre aux circonstances est sans limites ».

Michel P